Cet article date de plus de six ans.

Vidéo Pour Christine Lagarde, le roi Abdallah "était un grand défenseur des femmes"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
REUTERS
Article rédigé par
France Télévisions

La directrice du FMI a rendu un hommage remarqué au roi d'Arabie Saoudite, dont la mort a été annoncée jeudi.

"Il a mis en place beaucoup de réformes et était, de manière discrète, un grand défenseur des femmes". Alors que les chefs d'Etat saluent un grand dirigeant, la directrice du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, retient du roi Abdallah d'Arabie Saoudite, dont la mort a été annoncée vendredi 23 janvier, qu'il "croyait fermement" aux droits des femmes. Un hommage qui doit faire grincer les dents des féministes.

Le dernier pays où les femmes ne peuvent pas conduire

Les droits des femmes n'ont que très légèrement progressé sous son règne. Le Parlement saoudien (la Choura) compte aujourd'hui 20% de femmes - tous les membres sont nommés par le roi -, et elles devraient avoir le droit de se présenter et de voter aux municipales en 2015.

Mais, comme le rappellent Les Nouvelles news, "les Saoudiennes ne peuvent exercer aucun de leurs droits – aller à l'école, travailler, ouvrir un compte en banque ou voyager en dehors du pays – sans la permission de leur 'gardien' masculin" et l'"Arabie saoudite reste le dernier pays au monde où les femmes n'ont pas le droit de conduire"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.