Cet article date de plus de six ans.

Vidéo de Daech avec John Cantlie : "diabolique" mais "rassurante"

Le groupe terroriste Daech a publié le week-end dernier une vidéo de propagande qui met en scène l'otage britannique John Cantlie en "reporter" à Mossoul. France Info a interrogé l'ex-otage français Nicolas Hénin qui l'a croisé pendant sa captivité.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (L'otage britannique apparaît dans une vidéo de propagande qui fait visiter Mossoul en Irak © YouTube)

Début janvier, le groupe terroriste Daech a publié une vidéo de propagande, où l'on aperçoit John Cantlie, l'otage britannique de 43 ans, captif depuis deux ans. Otage-reporter, puisque depuis quelques mois les djihadistes en ont fait "l'envoyé spécial" de l'organisation Etat islamique. Après Kobané à l'automne, cette fois il est apparu à Mossoul, la deuxième ville d'Irak où il est mis en scène dans une visite touristique de la ville.

 

A LIRE AUSSI ►►► Daech diffuse la vidéo d’un otage britannique à Kobané

 

La vidéo met très mal à l'aise. Micro à la main, le ton d'un reporter de la BBC, John Cantlie a le sourire et est apparemment en forme. Avec lui on visite un souk puis un hôpital. Il est là pour montrer que la vie continue normalement dans cette ville détenue par les djihadistes.

"Pour moi c’est une vidéo extrêmement rassurante" (l’ex-otage Nicolas Hénin)

France Info a demandé à l'ancien otage Nicolas Hénin quelle impression il avait eu en regardant cette vidéo. Le journaliste a passé six mois enfermé 24h sur 24 dans la même cellule que John Cantlie en Syrie. "Pour moi c’est une vidéo extrêmement rassurante ", confie-t-il, "John Cantlie a passé les deux dernières années de sa vie dans une cave sans voir la lumière du jour et il a eu des traitements extrêmement durs. Là, au moins, ses ravisseurs lui ont fait plaisir. C’est une sorte d’échange de bons procédés ", estime Nicolas Hénin, "c’est ce qui est diabolique dans cette vidéo c’est qu’ils lui ont donné un avant-goût de la liberté ". 

Une vidéo "diabolique" mais "rassurante" (l’ex-otage Nicolas Hénin)
écouter

Chercher "la grâce de ses ravisseurs"

Ce n'est pas la première fois que les djihadistes utilisent John Cantlie pour faire de la propagande. A-t-il le choix de ne pas y participer ? Nicolas Hénin ne pense pas qu’il ait "le choix de faire ce qu’il fait ", estimant que le Britannique doit accepter car "il se rend compte de ce qu’il peut y gagner ".

 

Pour l'ex-otage, c'est clair John Cantlie fait ce qu'il peut pour sauver sa peau, d'autant qu'en Grande-Bretagne, on ne négocie pas avec les ravisseurs. "Le seul espoir qu’il a de sortir un jour de cette captivité terriblement éprouvante c’est de gagner la grâce de ses ravisseurs et c’est peut-être ce qu’il est en train de faire ".

Comme un droit de réponse de Daech

Ce n’est pas la première fois que l'Etat islamique publie des vidéos d'exécutions extrêmement violentes. Cette fois, on a l’impression que l'organisation expérimente un autre registre, celui de la vie quotidienne. En fait cette vidéo, c'est un droit de réponse de Daech après la publication d'une enquête du Guardian sur Mossoul, qui raconte que les habitants manquent d'eau, de nourriture, d'électricité. Une situation confirmée par plusieurs blogueurs sur place. Dans la vidéo, John Canlie répète lui qu'il n’y a pas de coupures d'électricité à Mossoul.

Pour le politologue Asiem El Difraoui, spécialiste de la propagande djihadiste, ce droit de réponse montre la faiblesse de l'organisation. "C’est vraiment une vidéo de propagande de premier degré pour démontrer que l’Etat islamique est capable de gérer un territoire ".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.