Cet article date de plus de huit ans.

Vidéo Le pape François accueilli par la famille Obama pour sa première visite aux Etats-Unis

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
DLTFTV_MAM_5538586
DLTFTV_MAM_5538586 DLTFTV_MAM_5538586
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions

"Welcome to the USA" (bienvenue aux Etats-Unis), "Francisco", a scandé la foule réunie près de l'avion, mardi. La visite du chef de l'Eglise catholique doit durer six jours.

Le pape François a posé pour la première fois les pieds aux Etats-Unis mardi 22 septembre pour une visite historique de six jours. Venu de Cuba, le souverain pontife est arrivé peu avant 16 heures (heure locale, 22 heures à Paris) sur la base aérienne d'Andrews.

Tout sourire, Jorge Mario Bergoglio, 78 ans, a enlevé sa calotte à cause du vent. "Welcome to the USA, Francisco" (Bienvenue aux Etats-Unis), a scandé la foule réunie près de l'avion.

Il a salué le président américain, Barack Obama, sa femme, Michelle, tout de bleu pastel vêtue, et leurs deux filles, Malia et Sacha, ainsi que les membres de la famille du vice-président catholique, Joe Biden. Barack Obama, un protestant, ne cache pas son admiration pour ce pape "des pauvres" qui "l'impressionne".

Plusieurs rencontres avec les défavorisés au programme

Les médias américains, représentés en masse dans l'avion papal, accordent une grande importance au voyage d'un pape argentin plébiscité par deux tiers des Américains. Mais son radicalisme social lui vaut aussi de très vives inimitiés chez les conservateurs et dans les milieux économiques libéraux, de Wall Street au Tea Party jusque dans les rangs des républicains.

Plusieurs rencontres avec les défavorisés, immigrés, sans logis, détenus, sont au programme. Il doit aussi présider à New York une cérémonie interreligieuse sur le site du World Trade Center, contre le terrorisme et pour le respect entre religions. Une autre cérémonie à Philadelphie avec la communauté hispanique exaltera les valeurs fondatrices de l'Amérique comme la liberté religieuse.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.