"Saint-Père, je vous demande d'utiliser votre influence" : le pape interpellé sur les scandales sexuels au sein de l'Église

Le pape François est en Irlande. La question de la pédophilie dans l'Église catholique est au coeur de ce déplacement. 

Le Pape François, lors de son déplacement à Dublin, le 25 août 2018. 
Le Pape François, lors de son déplacement à Dublin, le 25 août 2018.  (TIZIANA FABI / AFP)

Le pape François n'y a pas échappé. Dès le premier discours officiel qui lui a été adressé, lors de son déplacement en Irlande, il a été interpellé sur les abus sexuels au sein de l'Église catholique. Il est arrivé samedi 25 août afin de clôturer la rencontre mondiale des familles, mais il est surtout attendu sur le dossier sans fin des abus sexuels du clergé.

Le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar lui demande de rendre justice aux victimes : "les blessures sont encore ouvertes et il y a beaucoup à faire pour que les victimes et les survivants obtiennent justice, vérité et guérison, déclare le Premier ministre. Saint-Père, je vous demande d'utiliser votre position et votre influence pour que cela se fasse ici en Irlande et dans le monde entier". 

Pas encore de proposition concrète de la part du pape

Le pape décide de reparler de sa "lettre au peuple de Dieu" publié le 20 août. Il réitère les excuses de l’Église, sans proposer de pistes plus concrètes. "L’échec des autorités ecclésiastiques pour affronter de manière adéquate ces crimes ignobles a, à justice titre, suscité l’indignation et reste une cause de souffrance et de honte pour la communauté catholique. Moi-même je partage ces sentiments.", plaide le pape François. 

Tout cela reste des mots commente Marc Vincent Healy, qui boycotte le parcours officiel du pape. Lui a été agressé sexuellement durant sa scolarité en école catholique dans les années 70. Sur les deux prêtres pédophiles en cause, l’un est décédé sans jamais avoir été poursuivi. Le second a fini par être condamné mais 20 ans plus tard, après avoir été transféré dans d’autres pays et agressé d’autres jeunes gens.

Les victimes réclament une loi 

L’Église dans son ensemble doit mettre en place des procédures plaide Marc Vincent. "Nous voulons que le pape institue une loi qui impose aux institutions religieuses et aux diocèses de transférer immédiatement leurs dossiers aux autorités civiles, explique-t-il. À défaut, à une autorité qu’ils auraient validée eux-mêmes."

Le pape est le bienvenu mais il ne devrait pas repartir avant d’avoir avancé des propositions précisesMarc Vincent Healy, victime de prêtres pédophilesà franceinfo

En Irlande, depuis 2002, plus de 14 000 personnes se sont déclarées victimes de prêtres pédophiles. L’Église y a perdu en crédibilité, même si les Irlandais restent très majoritairement catholiques, à 80% de la population. Un tiers va à la messe chaque dimanche. Dimanche 25 août au soir, pour célébrer malgré tout la foi en famille, ils seront près de 80 000 à venir écouter le pape dans le plus grand stade de la capitale irlandaise.