Le pape pour l'union civile entre homosexuels : "Une façon de mettre fin à une hypocrisie", selon le rédacteur d'une revue catholique

Le pape sait qu'il y a des homosexuels au Vatican et que les unions civiles y sont "légion", affirme Gino Hoel de la revue catholique Golias. Selon lui, cette prise de position "va contrarier toute cette frange conservatrice, voire réactionnaire, qui existe dans l'Église".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le pape François, 21 octobre 2020. (MARIA LAURA ANTONELLI / AGF FOTO / MAXPPP)

Dans un documentaire, le pape François s'est prononcé en faveur d'une union civile pour les couples homosexuels. C’est la première fois qu’un pape plaide pour le Pacs et les formules apparentées. "C'est aussi une façon pour le pape de mettre fin à une hypocrisie", a estimé jeudi 22 octobre sur franceinfo Gino Hoel, rédacteur de la revue catholique Golias.

franceinfo : Cette annonce est-elle un bouleversement ?

Gino Hoel : C'est une indication claire du pape qui montre qu'il n'est pas pour le mariage mais qu'il est pour une union civile. C'est une idée qu'il avait déjà en Argentine mais ses collègues n'étaient pas d'accord. Je pense que cela va conforter un certain nombre de prêtres et d'évêques qui travaillent avec les personnes homosexuelles mais que ça va contrarier toute cette frange conservatrice, voire réactionnaire, qui existe dans l'Église.

Le pape avait-il déjà été aussi affirmatif à ce sujet ?

Jusqu'à présent l'Église est contre n'importe quelle union entre les homosexuels, le pape a montré plusieurs fois qu'il n'était pas aussi fermé que ses prédécesseurs par rapport aux homosexuels, que l'Église devait les accueillir. Il ne fait que répéter ce qu'il a déjà dit, sauf que là, il dit qu'ils doivent être légalement reconnus. C'est très important parce qu'en France il y a 25 ans, ou un peu moins, on avait un certain nombre de catholiques qui défilaient dans la rue contre le Pacs. Donc, aujourd'hui vous avez une avancée, c'est indéniable.

Il y a des prêtres et des évêques qui ont dû mal dormir cette nuit parce qu'ils organisent des sessions de guérison de l'homosexualité. 

Gino Hoel, rédacteur de la revue catholique Golias

à franceinfo

Certains sont complètement homophobes. Donc, les paroles du pape doivent les contrarier.

Est-ce que cela peut bloquer les conservateurs ?

Cela peut bloquer mais en même temps François s'appuie toujours sur le peuple. Il reçoit des homosexuels, des personnes transsexuelles, donc je pense que si le blocage vient ce sera de personnes dans la structure. On sait que les unions civiles au Vatican sont légion. Je pense que c'est aussi une façon pour le pape de mettre fin à une hypocrisie qu'il a bien remarquée. Il savait qu'il y avait des personnes homosexuelles au sein du Vatican.

Que va-t-il se passer ?

Vous avez déjà des évêques américains conservateurs qui expliquent que le pape peut dire ce qu'il veut, l'enseignement de l'Église n'a jamais changé, mais moi je pense que ça peut réellement changer les choses. Sur le terrain, il y a des gens qui vont se sentir soutenus et voient leur travail conforté. Comme les Allemands, ils pourront peut-être célébrer des bénédictions pour les personnes de même sexe. Il y a déjà des prêtres qui le font dans le secret.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.