Cet article date de plus de trois ans.

Abus sexuels : soupçons au sommet du Vatican

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Abus sexuels : soupçons au sommet du Vatican
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions
Le cardinal australien George Pell, 76 ans, argentier du Vatican et numéro trois de l'Église catholique, a été inculpé par la justice australienne pour des abus sexuels pédophiles ce jeudi 29 juin. 
C'est un séisme qui frappe le Vatican, l'Église catholique et le pape François. Alors que, ce jeudi 29 juin, des milliers de fidèles s'étaient réunis place Saint-Pierre, à quelques mètres de là, le numéro trois du Vatican, le cardinal australien George Pell, a été contraint de s'exprimer en urgence.
Il est accusé d'agressions sexuelles dans son pays d'origine. "Je suis innocent de ce dont on m'accuse. C'est faux. L'idée même d'abus sexuels m'est odieuse", a-t-il asséné. George Pell, 76 ans, est inculpé par la police de son pays pour des agressions sexuelles lorsqu'il était archevêque de Melbourne dans les années 1990. "Le cardinal Pell est inculpé d'agressions sexuelles multiples et anciennes, et les plaignants liés à ces accusations sont nombreux", affirme la police australienne. 

Gage de confiance de la part du pape

L'an dernier déjà, George Pell avait dû répondre devant une commission d'enquête australienne. Il était alors soupçonné d'avoir couvert des prêtres pédophiles. Aujourd'hui, il devient le plus haut responsable de l'Église catholique à être inculpé personnellement d'agressions à caractère sexuel.
"Face à la gravité de ces accusations, le pape François aurait pu décider de mettre à la retraite d'office le cardinal Pell", explique le journaliste François Beaudonnet. "Au contraire, il a accepté sa demande de congé pour que celui-ci puisse laver son nom. Un soutien qui pourrait s'avérer embarrassant si, au final, le cardinal australien est jugé coupable", conclut-il. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.