Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo Raphael Saadiq revient sur les conditions des détenus noirs aux États-Unis

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Enfant, il a connu très jeune la prison, où il rendait visite à son frère.
BRUT
Article rédigé par

Enfant, il a connu très jeune la prison, où il rendait visite à son frère.

Aujourd'hui musicien récompensé d'un Grammy Award, Raphael Saadiq veut parler des prisons et de la condition des détenus noirs aux États-Unis. Dans son nouvel album, "Jimmy Lee", il aborde le thème de la réforme pénitentiaire, inspiré par son enfance. "Mon frère Jimmy Lee a passé beaucoup de temps en prison. Donc, lorsque j'étais enfant, je lui rendais visite, je visitais les prisons chaque année, quelques fois par an pour mon frère", raconte Raphael Saadiq.

Rikers Island, une prison à New York, est le nom d'une de ses chansons qui demande la libération des détenus noirs. Les États-Unis ont la plus grande population carcérale au monde et le taux d'incarcération par habitant le plus élevé. "Je voyais tous les procureurs avec leurs voitures garées dans le parking et celles des visiteurs à côté. Et j'ai réalisé à quel point ils avaient de plus belles voitures et qu'en fait les procureurs gagnaient de l'argent sur le dos des moins fortunés", se souvient Raphael Saadiq.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.