Taxes américaines sur l'acier et l'aluminium : "Dans l'automobile, une guerre commerciale fait des morts de tous les côtés"

François Roudier, le porte-parole du Comité des constructeurs français d'automobiles, assure que plusieurs États américains pro-Trump pourraient être touchés en cas de "guerre commerciale" dans le secteur automobile.

Des voitures à Manhattan aux États-Unis, le 25 janvier 2018.
Des voitures à Manhattan aux États-Unis, le 25 janvier 2018. (DREW ANGERER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Alors que Donald Trump envisage de taxer lourdement l'importation aux États-Unis de voitures de constructeurs européens, François Roudier, le porte-parole du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA) a indiqué jeudi 8 mars sur franceinfo qu'il n'y aurait pas de gagnant dans ce conflit commercial. Depuis plusieurs jours, le bras de fer sur les tarifs douaniers entre les États-Unis et l'Union européenne, mais aussi de nombreux pays comme la Chine, le Canada monte en intensité.

franceinfo : A-t-on raison de s'inquiéter pour l'automobile française avec les mesures protectionnistes voulues par les États-Unis ?

François Roudier : Les Français n'exportent pas beaucoup de voitures aux États-Unis, mais hier [mercredi] nous avions notre réunion de toutes les associations mondiales, et là on s'est farouchement déclarés contre toute guerre commerciale. Dans l'automobile, une guerre commerciale fait des morts de tous les côtés.

Les constructeurs américains se sentent-ils aussi menacés ?

Même nos amis américains étaient très gênés parce que les usines du sud de Tennessee ou de Caroline du Sud vont être touchées par ces problèmes-là. Ce sont des États où on vote Trump. Derrière tout ça, on sait que l'automobile a pu évoluer grâces aux nouvelles règles du commerce.

Pourquoi le secteur automobile pourrait pâtir de ces mesures ?

Il y a des effets dans tous les sens. D'abord, vous pouvez taxer la voiture elle-même, donc, in fine, vous allez faire moins de profits, vous allez empêcher de vendre une voiture dans un pays parce qu'elles vont devenir trop chères. Mais une voiture est construite par le constructeur qui va acheter 60% d'équipements un peu partout dans le monde. On est mondialisés, donc ces chiffres vont être complètement bouleversés. Et si ce que l'on construit encore dans nos usines est aussi d'un seul coup augmenté parce que l'acier et l'aluminium coûtent plus cher, c'est une catastrophe.