Cet article date de plus de cinq ans.

Terrorisme : Donald Trump veut contrôler davantage les Français qui se rendent aux Etats-Unis

Le candidat républicain à la présidentielle a réclamé un "contrôle extrême", estimant que la France est "totalement" gangrénée par le terrorisme.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Donald Trump prononce un discours lors de la convention républicaine à Cleveland (Ohio, Etats-Unis), le 18 juillet 2016. (KEVIN C. DOWNS / SPUTNIK / AFP)

Donald Trump veut "un contrôle extrême" pour les Français qui se rendent aux Etats-Unis. En effet, le candidat républicain à la présidentielle américaine estime que la France et l'Allemagne sont "totalement" gangrénées par le terrorisme, dans un entretien à NBC (en anglais), diffusé dimanche 24 juillet. "Et vous savez pourquoi ? C'est leur faute. Parce qu'ils ont autorisé des personnes à venir sur le territoire."

Une liste des pays "mis en péril" par le terrorisme

"Nous avons des problèmes avec l'Allemagne et nous avons des problèmes avec la France", a expliqué Donald Trump, en référence aux attaques revendiquées par le groupe Etat islamique. Le milliardaire était interrogé sur un éventuel élargissement de sa proposition, qui vise à restreindre l'entrée aux Etats-Unis des ressortissants de pays "mis en péril par le terrorisme". Sur ce point, il a promis de dévoiler une liste des pays concernés "dans les semaines à venir".

Le candidat à la présidentielle américaine a plusieurs fois répété ses appels pour des "enquêtes poussées" sur les citoyens de ces pays et avait été très critiqué, y compris dans son propre camp, pour sa proposition de bannir l'entrée des Etats-Unis aux musulmans du monde entier. "Souvenez-vous de cela", a-t-il prévenu dimanche. "Notre Constitution est fantastique. Mais elle ne nous donne pas le droit de nous suicider, ok ?"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Présidentielle américaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.