Présidentielle américaine : le parti républicain installe de fausses boîtes aux lettres en Californie et sème la confusion dans le vote par correspondance

De mystérieuses boîtes censées recueillir les bulletins des électeurs qui souhaitent voter de manière anticipée sont apparues en Californie. Les démocrates dénoncent une fraude.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Une électrice dépose un vote dans une boîte prévue pour recevoir les courriers des américains qui optent pour le vote anticipé, à San José, en Californie, mardi 13 octobre 2020.   (JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Afin d'éviter de se retrouver dans des bureaux de vote bondés le jour J, les Américains se ruent sur le vote par correspondance. Plus de 10 millions d'entre eux ont déjà choisi le vote par courrier ou le vote anticipé, selon un comptage publié lundi 12 octobre. Mais à l'approche de l'élection présidentielle aux Etats-Unis, prévue le 3 novembre, une polémique vient troubler le scrutin en Californie : elle concerne l'installation dans trois comtés par le parti républicain de boîtes à lettres censées collecter les bulletins de vote des citoyens, explique le New York Times (en anglais). Un procédé de collecte de voix jugé illégal par les démocrates, qui crient à la fraude. Franceinfo revient sur cette polémique qui vient semer la confusion sur le vote par correspondance, un procédé décrié depuis des semaines par le président Donald Trump lui-même. 

Quel est le problème ?

Ces boîtes aux lettres censées recueillir des bulletins de vote dans le cadre du scrutin par correspondance sont apparues ces deux dernières semaines dans les comtés de Los Angeles, Fresno et Orange. Selon la presse américaine, elles sont apparues en divers endroits, notamment près de magasins de vente d'armes, d'églises et aux alentours de bureaux locaux du parti républicain.

Sur ces boîtes en métal, un autocollant porte la mention de "boîte officielle de dépôt de vote" ou "boîte de dépôt de votes", poursuit le New York Times, qui écrit que "pour l'électeur ordinaire, rien ne les distingue des sites de dépôt dépendant de l'Etat, lesquels sont soumis à de stricts règlements afin d'éviter la manipulation partisane des bulletins de vote". 

Les démocrates au pouvoir en Californie estiment que ces boîtes trompent les électeurs, qui pensent déposer leur bulletin dans une boîte officielle. Ainsi, lundi, le secrétaire d'Etat de la Californie, Alex Padilla, et le procureur de l'Etat, Xavier Becerra, ont envoyé à l'antenne locale du parti républicain une ordonnance demandant le retrait de ces dispositifs.

Sont-elles vraiment illégales ? 

"Tromper les électeurs est malhonnête, peu importe le camp qui s'y adonne", a déclaré Alex Padilla en conférence de presse lundi, ajoutant que de telles boîtes "n'étaient pas autorisés par la loi" en vigeur en Californie. Un ordre auquel le parti républicain a refusé de se soumettre, s'estimant lui-aussi dans son bon droit. 

Pour se défendre, le parti de Donald Trump s'appuie lui aussi sur la loi californienne. Un porte-parole californien, Hector Barajas, a ainsi rappelé que la loi autorisait la collecte de voix par un tiers. "Au regard de la façon dont les démocrates [au pouvoir en Californie] ont écrit la loi, nous pourrions même utiliser une hotte de père Noël [pour collecter les bulletins de vote]. Mais une boîte en métal fermée est bien plus sûre", a-t-il ironisé, cité par le New York Times

Or, selon The Guardian, il s'agit ici d'une interprétation trompeuse de la loi sur les procurations. En effet, les textes autorisent les électeurs à confier leur bulletin de vote à un tiers, en charge de le déposer pour eux dans un point de collecte, mais dans certaines conditions : par exemple, ce tiers doit remettre le bulletin dans un bureau de vote rapidement et apposer sa signature sur l'enveloppe retour. Citée par le quotidien britannique, la juriste Jessica Levinson explique que "les boîtes non autorisées trompent les électeurs". Un avis partagé par le secrétaire d'Etat californien, pour qui "les électeurs ne savent pas à qui ils donnent leur bulletin", a-t-il dit lundi en conférence de presse, niant qu'il puisse ici s'agir de procurations.

Pourquoi ont-elles été installées ?

Depuis des mois, Donald Trump n'a pas de mots assez sévères contre le vote par correspondance, qu'il estime par nature plus propice à la fraude. De même, le parti républicain de Californie s'est fortement opposé à la loi californienne autorisant la collecte de bulletins.

En installant ces boîtes, il s'agit donc pour l'antenne locale du parti du président de prouver par l'absurde la supposée non fiabilité de ce système, en poussant les autorités démocrates à s'ériger contre des pratiques autorisées par les lois de l'Etat. "Les républicains ne cessent de dire : 'Vous ne pouvez pas faire confiance au système, c'est de la fraude' et s'engagent à leur tour dans une atitude qu'on pourrait qualifier de frauduleuse, créant le problème qu'ils dénoncent", résume Jessica Levinson dans le Guardian.

Pour le parti démocrate californien, il s'agit d'une tentative pour délibérement réduire la participation au scrutin. C'est en tout cas l'avis de la représentante du parti de Joe Biden dans le comté d'Orange, Ada Briceño. "Les électeurs ont besoin de faire confiance dans le système électoral et cette tentative de la part des autorités locales républicaines érodent cette confiance", déplore-t-elle dans les colonnes du Guardian

Que vont devenir ces bulletins de vote ? 

Les votes ainsi rassemblés par le parti républicain dans ces comtés californiens devraient en principe être remis aux autorités afin de procéder à leur comptage, comme c'est le cas lors des classiques collectes de bulletins. Selon le New York Times, les autorités californiennes ne soupçonnent à ce stade aucun parti d'avoir voulu trier les bulletins de vote placés dans ces boîtes.

Enfin, le secrétaire d'Etat de Californie et le procureur de l'Etat ont invité les électeurs qui pensent avoir déposé leur bulletin dans l'une de ces boîtes de s'enregistrer auprès du dispositif de suivi de ces bulletins, afin de s'assurer que leur voix est bien prise en compte dans le résultat final.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.