Cet article date de plus de huit ans.

Présidentielle américaine : Bernie Sanders se rallie officiellement à Hillary Clinton

Le sénateur du Vermont a annoncé qu'il était "fier de se tenir aux côtés" de son ancienne rivale, lors d'un meeting commun avec la candidate démocrate.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Hillary Clinton et Bernie Sanders, à Portsmouth (New Hampshire), le 12 juillet 2016. (BRIAN SNYDER / REUTERS)

Le sénateur Bernie Sanders annonce, mardi 12 juillet, qu'il soutient la candidature démocrate d'Hillary Clinton à la présidence américaine. "Hillary Clinton fera une présidente exceptionnelle et je suis fier de me tenir à ses côtés aujourd'hui", a-t-il déclaré lors d'un discours commun avec son ancienne rivale, à Portsmouth (Etats-Unis). Il était son plus sérieux adversaire pendant les primaires démocrates.

"La secrétaire Clinton a remporté le processus d'investiture démocrate. J'ai l'intention de faire tout mon possible pour garantir qu'elle sera la prochaine présidente des Etats-Unis", a ajouté Bernie Sanders. Il avait déjà annoncé son intention de voter pour Hillary Clinton à la présidentielle, en juin dernier.

Donald Trump l'accuse de vendre son âme au diable

Pourtant, la campagne pour l'investiture démocrate avait souvent été tendue entre les deux candidats aux primaires. Et le duel entre les deux prétendants à la Maison Blanche s'était avéré plus serré que prévu pour l'ancienne secrétaire d'Etat. En avril, Bernie Sanders, 74 ans, avait notamment accusée Hillary Clinton de ne pas être "qualifiée" pour être présidente.

Sur Twitter, le candidat républicain Donald Trump a riposté avant même la déclaration de Bernie Sanders. Il l'accuse de s'être "totalement vendu à Hillary Clinton la corrompue. (...) Je suis surpris qu'il ne soit pas resté fidèle à lui-même et à ses soutiens. Ils ne sont pas contents de le voir vendre son âme au diable."

Hillary Clinton avait gagné les primaires début juin, mais il aura fallu 35 jours à Bernie Sanders pour qu'il apporte son soutien à sa rivale. Il a en fait négocié avec l'équipe de l'ancienne secrétaire d'Etat, pour s'assurer que le programme du parti, qui doit être ratifié lors de la convention démocrate de Philadelphie, soit "le plus progressif de l'histoire du parti".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.