Cet article date de plus d'un an.

Etats-Unis : un homme brandit une croix gammée lors d'un meeting de Bernie Sanders

Le candidat démocrate, de confession juive, a condamné un acte "innommable". L'homme a été expulsé sous les huées du public.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le candidat aux primaires démocrates Bernie Sanders, le 6 mars 2020 à Detroit (Michigan). (BRITTANY GREESON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Un homme a été expulsé d'un meeting du candidat aux primaires démocrates de confession juive Bernie Sanders après avoir brandi un drapeau nazi, jeudi 5 mars, à Phoenix, dans l'Arizona (Etats-Unis). Peu après l'arrivée sur scène du sénateur indépendant, deuxième des primaires derrière Joe Biden, les cris de soutien de ses partisans se sont transformés en huées lorsqu'un homme a déployé dans la foule un drapeau représentant une croix gammée. Des vidéos de l'incident se sont vite répandues sur les réseaux sociaux.

"Que quelqu'un, aux Etats-Unis, exhibe le pire symbole de l'histoire moderne, après que 400 000 courageux Américains sont morts pour le vaincre, est innommable", a ensuite déclaré le candidat en conférence de presse, en expliquant qu'il avait été informé de la présence du symbole nazi seulement après être descendu de la scène. Des membres de l'équipe de sécurité du meeting ont expulsé l'homme quelques secondes après qu'il a brandi son drapeau, et des supporters de Sanders ont tweeté qu'ils le lui avaient arraché, photo de l'étendard piétiné à l'appui.

Joe Biden condamne cet acte

"Peu importe qui vous soutenez, des attaques comme celle-ci, contre un homme qui pourrait être le premier président juif, sont répugnantes et aberrantes", a publié sur Twitter le candidat Joe Biden en soutien à son rival politique.

L'Anti-Defamation League, un organisme de lutte contre la discrimination et l'antisémitisme, a annoncé sur son blog avoir identifié l'homme, qui aurait déjà "harcelé un éventail d'organisations et d'événements juifs et musulmans, et utilisé ces incidents pour créer du contenu qu'il a publié en ligne".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.