États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, doyenne de la Cour suprême, s’est éteinte à 87 ans

Aux États-Unis, Ruth Bader Ginsburg, membre de la Cour suprême, est décédée vendredi 18 septembre, à l’âge de 87 ans. C’était une figure de la lutte pour les droits des femmes et des minorités. Avec sa disparition s’ouvre une bataille pour sa succession. 

FRANCE 3

Dès l’annonce de sa disparition, vendredi 18 septembre, des centaines d’Américains se sont rassemblés sur les marches de la Cour suprême, à Washington (États-Unis), pour rendre hommage à Ruth Bader Ginsburg, décédée à l’âge de 87 ans. Surnommée RBG, la doyenne de l’institution s’est toujours battue pour les droits des femmes et des minorités. "RBG représentait toutes les valeurs que l’Amérique devrait défendre : la liberté de choix, le respect de l’autre, quel que soit son sexe, son origine ethnique, sa couleur, sa religion", affirme une jeune femme. 

Une succession cruciale pour la démocratie américaine 

Nommée à la Cour suprême par le démocrate Bill Clinton, RBG était devenue l’icône de la gauche américaine. C’est elle, par exemple, qui a ouvert aux femmes le prestigieux Institut militaire de Virginie. Et si la succession de Ruth Bader Ginsburg est cruciale pour la démocratie américaine, c’est parce que la Cour suprême a des pouvoirs immenses. Elle est composée de neuf juges, nommés à vie. Jusqu’à présent, cinq d’entre eux étaient républicains, quatre démocrates. 

Le JT
Les autres sujets du JT
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, doyenne de la Cour suprême, s’est éteinte à 87 ans
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, doyenne de la Cour suprême, s’est éteinte à 87 ans (FRANCE 3)