Syrie : "L'objectif n'était pas tant militaire que politique", selon Pierre Servent

Sur le plateau du 13 heures de France 2, l'expert militaire Pierre Servent analyse la signification des frappes occidentales survenues en Syrie dans la nuit du 13 au 14 avril.

france 2

Une semaine après le gazage de Douma, est-ce que les frappes occidentales menées en Syrie dans la nuit du 13 au 14 avril servent à quelque chose ? Damas a eu le temps pour déplacer des armes chimiques. "On peut penser que certains stocks ont été déplacés. L'objectif n'était pas tant militaire que politique. Véritablement adresser un message à la communauté internationale : il y a des lignes rouges. Quand le président français, le président américain, la Première ministre britannique en parlent, c'est suivi d'effets", analyse Pierre servent.

Un message aux Russes

C'est aussi un message à Poutine, aux Russes. "Ils leur disent : 'Tenez votre allié. Si vous ne voulez pas que nous recommencions, il faut que vous mettiez la pression sur Bachar'", commente l'expert militaire sur le plateau du 13 heures de France 2.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le ciel de Damas (Syrie) traversé par les missiles pendant les frappes coordonnées par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Unis, très tôt le samedi 14 avril 2018. La capitale de la Syrie a été secouée par de bruyantes explosions, au moment même où Donald Trump annoncait cette opération à Washington.
Le ciel de Damas (Syrie) traversé par les missiles pendant les frappes coordonnées par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Unis, très tôt le samedi 14 avril 2018. La capitale de la Syrie a été secouée par de bruyantes explosions, au moment même où Donald Trump annoncait cette opération à Washington. (HASSAN AMMAR/AP/SIPA / AP)