Suspension du compte Twitter de Donald Trump : "C’est clairement de la censure", estime Fabrice Epelboin, spécialiste des réseaux sociaux

"Twitter et ses dirigeants ont toujours été contre Donald Trump" affirme le spécialiste Fabrice Epelboin, alors que le compte du président américain n'est plus accessible.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Twitter a décidé de bannir Donald Trump de sa plateforme. Le compte de l’ancien président des Etats-Unis n’est donc plus accessible. (VICTOR VASSEUR / RADIOFRANCE)

Après Facebook, c’est Twitter qui a décidé de bannir Donald Trump de sa plateforme. Le compte de l’ancien président des États-Unis n’est donc plus accessible pour éviter l’incitation à la haine, quelques jours après les incidents du Capitole. Il s’agit "clairement de censure" pour le spécialiste des réseaux sociaux et enseignant à Sciences Po Paris, Fabrice Epelboin.

franceinfo : Cette suspension du compte d'un président est-elle inédite ?

Fabrice Epelboin : Oui, c'est inédit, c'est vraiment la première fois, surtout pour un président d'une grande puissance démocratique. Twitter a toujours été contre, d'une certaine façon, Donald Trump. Même si le président avait une affection particulière pour l'utilisation de Twitter. Ce n’est pas du tout le cas typiquement de Facebook, qui a jusqu'à récemment plutôt été du côté du président. Jusqu’ici, Twitter s’était contenté de messages d'alerte concernant les fake news que Donald Trump dispensait régulièrement sur Twitter. Mais ça n'a jamais été jusqu'à une suspension de son compte.

Il y a "un risque d'incitation à la violence", justifie Twitter. Cet argument est-il vraiment recevable, selon vous ?

C'est très problématique, parce que c'est exactement le même argument utilisé par les autorités chinoises vis-à-vis de ce qui se passe à Hong-Kong. C’est le même argument utilisé par tout un tas de régimes autoritaires vis-à-vis des réseaux sociaux. Donc, si on accepte cet argument, il va falloir se regarder en face quand on critiquera demain l'argument des Chinois vis-à-vis des Ouïghours ou tout un tas de choses du même ordre.

S'agit-il de censure ?

Oui, c'est clairement de la censure. Reste à voir les bases légales. Il reste à voir aussi si on va accepter, parce que ça nous arrange dans ce cas précis, la délégation de cette censure à une entreprise privée, Twitter. De toute façon, Twitter et ses dirigeants ont toujours été contre Donald Trump et ont fait ce qu'ils ont pu jusqu'ici pour pondérer l'impact de Donald Trump sur la population à travers leurs plateformes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.