Réflexion faite : de la diplomatie du sourire

Les images de Donald Trump et Emmanuel Macron complices à la Maison-Blanche ne sont pas passées inaperçues. Peut-on parler de diplomatie du sourire ? Les explications de Michel Eltchaninoff, rédacteur en chef de "Philosophie Magazine" dans la rubrique "Réflexion faite".

FRANCE 3

Emmanuel Macron et Donald Trump sont apparus très complices lors de la visite du chef d'État français aux États-Unis cette semaine. Une stratégie diplomatique déjà théorisée au XVIIe siècle par le philosophe et écrivain espagnol Balthazar Gracian dans "L'homme de la cour", explique Michel Eltchaninoff, rédacteur en chef de "Philosophie Magazine". "Balthazar Gracian nous dit qu'il faut arrêter de faire des portraits d'un prince comme quelqu'un de moralement bon et pur. Il faut montrer comment on évolue dans la sphère publique, comment on gagne de l'influence et du pouvoir. Pour cela, il faut des jeux de rôle, il faut se déguiser, il faut ruser. Emmanuel Macron s'est montré le fidèle disciple de Balthazar Gracian".

Une stratégie risquée

Pour y parvenir, selon le philosophe, il faut s'adapter aux humeurs des personnes, ce qui veut dire aujourd'hui "s'adapter aux tweets rageurs de Donald Trump, à ses revirements et ses coups de colère". "Il faut accepter que d'autres dirigeants aient d'autres styles et visions du monde. C'est pour ça que l'axiome de la diplomatie d'Emmanuel Macron c'est de parler avec tout le monde", résume Michel Eltchaninoff. Une stratégie risquée puisque Donald Trump pourrait emmener Emmanuel Macron dans sa chute s'il va trop loin, ou si cette diplomatie ne mène à aucun résultat.

Le JT
Les autres sujets du JT
Michel Eltchaninoff, rédacteur en chef de \"Philosophie Magazine
Michel Eltchaninoff, rédacteur en chef de "Philosophie Magazine (FRANCE 3)