Procédure de destitution de Donald Trump : un ambassadeur américain témoignera malgré l'interdiction de l'exécutif

Cet homme d'affaires, proche de Donald Trump, compte répondre "pleinement et honnêtement aux questions des commissions", indiquent ses avocats.

L\'ambassadeur américain auprès de l\'Union européenne, Gordon Sondland, le 4 juin 2019 au siège de la Commission européenne, à Bruxelles (Belgique). 
L'ambassadeur américain auprès de l'Union européenne, Gordon Sondland, le 4 juin 2019 au siège de la Commission européenne, à Bruxelles (Belgique).  (FRANCOIS LENOIR / REUTERS)

Il témoignera quoi qu'il arrive. Gordon Sondland, l'ambassadeur américain auprès de l'Union européenne, va témoigner devant les élus dans le cadre d'une procédure de destitution contre Donald Trump, et ce malgré l'interdiction du département d'Etat, ont annoncé ses avocats, vendredi 11 octobre. 

Les démocrates menant l'enquête à la Chambre des représentants lui avaient adressé mercredi une assignation, afin de l'interroger sur les soupçons de collusion avec l'Ukraine, qui vaut au président américain d'être menacé par cette procédure explosive.

"Malgré la consigne actuelle du département d'Etat de ne pas témoigner, l'ambassadeur Sondland honorera l'assignation des commissions (de la Chambre) et a hâte de témoigner" jeudi 17 octobre, ont écrit ses avocats, Robert Luskin and Kwame Manley, dans un communiqué.

Donald Trump dénonce un "tribunal bidon" et "partial"

Proche de Donald Trump, Gordon Sondland est un homme d'affaires qui a fait fortune dans le secteur hôtelier. Il compte répondre "pleinement et honnêtement aux questions des commissions", indiquent ses avocats. Il a "toujours agi avec intégrité", affirment-ils.

L'ambassadeur ne pourra peut-être toutefois pas livrer des documents réclamés par les démocrates, puisque la diplomatie américaine dispose de la "seule autorité" pour décider de les présenter. Gordon Sondland "espère que ces documents seront présentés aux commissions" d'ici jeudi, selon ses conseils.

Le président américain avait expliqué mardi qu'il ne pouvait pas autoriser le témoignage de Gordon Sondland, qui avait financé en partie sa campagne, car cela reviendrait à le laisser être entendu par "un tribunal bidon totalement partial" mené par l'opposition démocrate.