Procédure de destitution de Trump : la Maison Blanche empêche un acteur-clé de témoigner au Congrès

Les démocrates ont lancé une procédure de destitution contre le président des Etats-Unis, soupçonné d'avoir demandé au président ukrainien d'enquêter sur son rival Joe Biden.

Gordon Sondland, l\'ambassadeur des Etats-Unis auprès de l\'Union européenne, à Bucarest (Roumanie), le 5 septembre 2019.
Gordon Sondland, l'ambassadeur des Etats-Unis auprès de l'Union européenne, à Bucarest (Roumanie), le 5 septembre 2019. (DANIEL MIHAILESCU / AFP)

La confrontation se durcit. La Maison Blanche a empêché l'ambassadeur américain auprès de l'Union européenne de témoigner dans l'enquête des démocrates visant à une éventuelle destitution de Donald Trump. Gordon Sondland a participé à des échanges de SMS concernant l'Ukraine, au cœur de l'affaire ukrainienne.

>> Ce qu'il faut savoir sur les soupçons de collusion avec l'Ukraine, à l'origine de la procédure de destitution qui vise Donald Trump

Donald Trump a justifié cette décision en qualifiant les auditions organisées par l'opposition au Congrès sur l'affaire ukrainienne de "tribunal bidon". "J'adorerais envoyer l'ambassadeur [Gordon] Sondland, un homme très bien et un grand Américain, témoigner, mais malheureusement il témoignerait devant un tribunal bidon totalement partial", a-t-il tweeté.

"De nouvelles preuves fortes d'une entrave"

Pour les démocrates, l'absence de l'ambassadeur mardi matin, un "acteur-clé" dans l'affaire ukrainienne, et le fait qu'il n'ait pas livré de documents attendus représentent "de nouvelles preuves fortes d'une entrave aux fonctions constitutionnelles du Congrès", a réagi Adam Schiff, président de la puissante commission du Renseignement à la Chambre des représentants.

L'opposition soupçonne le président américain d'avoir fait pression cet été sur son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky pour qu'il cherche des informations compromettantes sur son rival démocrate Joe Biden. Les démocrates suspectent Donald Trump d'avoir ainsi abusé de son pouvoir à des fins électorales personnelles, puis d'avoir cherché à étouffer l'affaire.