Mort de George Floyd : à New York, la colère ne faiblit pas malgré le couvre-feu

Dans des dizaines de villes des Etats-Unis, la contestation ne faiblit pas après la mort de George Floyd. A New York, le couvre-feu n'a pas empêché les manifestants de se rassembler.

Des manifestants brandissent des pancartes à New York (Etats-Unis), le 2 juin 2020.
Des manifestants brandissent des pancartes à New York (Etats-Unis), le 2 juin 2020. (TIMOTHY A. CLARY / AFP)

"Les rues sont à nous" : au mégaphone, les manifestants ne décolèrent pas, une semaine après la mort de George Floyd, cet Afro-américain mort asphyxié lors de son interpellation par la police à Minneapolis, le 25 mai, en raison d'une "pression forte et prolongée" exercée sur son cou et sa cage thoracique, selon l'autopsie. Les manifestants demandent justice et expriment colère et lassitude face aux violences policières à l’égard de la communauté noire.

>> Mort de George Floyd : suivez en direct les manifestations aux Etats-Unis

Il est un peu plus de 20 heures, le couvre-feu vient d'entrer en vigueur. Deux cortèges viennent de se rejoindre à Columbus Circle, près d’une tour appartenant à Donald Trump. Le couvre-feu ? André, comme tout le monde ici, ne s’en soucie guère. "Ce n’était pas nécessaire, assure-t-il. Qu’est-il arrivé à la liberté d’expression ? À la liberté en Amérique ? Mais on est trop nombreux pour eux."

Ils essayent de nous contrôler complètement, sans raisons. Ils n’aiment pas nos opinions.Andréà franceinfo

Une manifestation à marche forcée, entre des boutiques dont les vitrines ont été protégées. A chaque barrage, le cortège, mené par quelques dizaines de cyclistes, tourne à droite ou à gauche.

"Je crois qu'on obtiendra plus d'égalité"

Aux fenêtres du très cossu Upper West Side, des résidents applaudissent ou tapent sur des casseroles. Mickey regarde la manifestation depuis la porte de son immeuble. "Je vis juste là", montre-t-elle du doigt. "C’est très inhabituel, mais je crois qu’il est temps, et je crois que peut-être, cette fois, on obtiendra un peu plus d’égalité dans ce pays, et peut-être un peu moins de racisme, confie l'Américaine. Le bruit, ça ne me dérange pas, qu’on les laisse ! Tant que cela reste pacifique."

La soirée a été de nouveau été marquée par des pillages et par un long face-à-face entre manifestants et forces de l’ordre à l’entrée du Manhattan Bridge, le bruit des hélicoptères en toile de fond.

Manifestation à New York malgré le couvre-feu : écoutez le reportage de Loïg Loury
--'--
--'--