Etats-Unis : Derek Chauvin, le policier impliqué dans la mort de George Floyd, est désormais poursuivi pour homicide volontaire

L'officier de police est désormais soupçonné de meurtre au second degré et non plus au 3e (l'équivalent d'homicide involontaire), comme il l'était jusqu'ici. 

L\'ancien policier Derek Chauvin filmé en train de maintenir son genou sur le cou de George Floyd, à Minneapolis (Etats-Unis), le 25 mai 2020.
L'ancien policier Derek Chauvin filmé en train de maintenir son genou sur le cou de George Floyd, à Minneapolis (Etats-Unis), le 25 mai 2020. (DARNELLA FRAZIER / FACEBOOK / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Le procureur général du Minnesota a décidé de durcir les charges contre le policier à l'origine de la mort de George Floyd aux Etats-Unis, en l'inculpant de meurtre au second degré, l'équivalent d'un homicide volontaire sans préméditation, a annoncé mercredi 3 juin la sénatrice démocrate du Minnesota Amy Klobuchar. Trois autres policiers vont également être poursuivis pour complicité, a ajouté la sénatrice.

Derek Chauvin, un policier blanc âgé de 44 ans qui a maintenu son genou contre la nuque de George Floyd, un homme noir de 46 ans, a été limogé de la police, puis arrêté et inculpé vendredi dernier de meurtre au troisième degré, qui correspond à un homicide involontaire en droit français.

L'ONU condamne le "racisme structurel" des Etat-Unis. La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme a dénoncé, mercredi 3 juin, le "racisme structurel" et "l'agression sans précédent" contre les journalistes aux Etats-Unis, en proie à un vaste mouvement de protestation contre le racisme et les brutalités policières. 

"Les voix qui réclament la fin des meurtres d'Afro-Américains non armés doivent être entendues. Les voix qui réclament la fin de la violence policière doivent être entendues. Et les voix qui demandent la fin du racisme endémique et structurel qui sévit dans la société américaine doivent être entendues", a déclaré Michelle Bachelet, dans un communiqué.

Donald Trump désavoué par son ministre de la Défense. Le ministre américain de la Défense, Mark Esper, s'est publiquement déclaré opposé au déploiement de l'armée américaine sur le territoire. "Je ne suis pas favorable à décréter l'état d'insurrection" qui permettrait au président américain Donald Trump de déployer des soldats face à des citoyens américains, et non plus des réservistes de la Garde nationale, a déclaré Mark Esper au cours d'une conférence de presse.

 1 600 militaires envoyés dans la région de Washington. Le Pentagone a précisé, mardi soir, que des troupes supplémentaires avaient été postées sur des bases militaires proches de la capitale. Selon un porte-parole, ces soldats sont placés en état d'alerte "élevé" mais "ne participent pas" aux opérations des autorités civiles.

 Biden accuse Trump d'avoir transformé les Etats-Unis en "champ de bataille"Lors d'un déplacement à Philadelphie mardi, le candidat démocrate à la présidentielle a promis de "guérir les blessures raciales qui meurtrissent notre pays depuis si longtemps". Joe Biden a par ailleurs accusé Donald Trump d'avoir "transformé ce pays en un champ de bataille miné par de vieilles rancunes et de nouvelles peurs".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #GEORGE_FLOYD

00h03 : Minuit ! L'heure de faire un dernier point sur l'actualité.

• Derek Chauvin, le policier impliqué dans la mort de George Floyd, est désormais poursuivi pour homicide volontaire. Ses trois collègues présents au moment de l'arrestation qui a tourné au drame ont été incarcérés et inculpés.

L'OMS révise sa position sur les tests de l'hydroxychloroquine comme remède au coronavirus, et autorise de nouveau les tests, après le rétropédalage du journal médical The Lancet. L'Agence française du médicament affirme qu'elle va "réexaminer sa position".

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a promis que "chaque faute, chaque excès, chaque mot, y compris des expressions racistes" feraient "l'objet d'une enquête, d'une décision, d'une sanction", au lendemain de manifestations à Paris en hommage à Adama Traoré et pour dénoncer les violences policières.




56 films, dont ceux de Viggo Mortensen ou de Goro Miyazaki, ont obtenu le label "Cannes 2020", pour leur donner un peu de visibilité alors que le festival n'a pas eu lieu.

Rendez-vous demain à si heures pour la suite de ce live.

23h37 : @charles C'est sans doute votre septième message, mais comme j'ai répondu au premier il y a 23 heures, je ne me sens pas trop concerné par votre déception :-/

23h36 : Bonjour, j'adore votre live et votre section #onvousrepond , cependant assez déçu de ne pas avoir de réponse, après avec mon septième message en 24h sur le meme sujet. Je repose donc ma question : est il vrai qu'une tuerie de masse a eu lieu à Chicago il y a quelques jours, faisant plusieurs dizaines de morts ? Si oui, pourquoi l'évènement est il si peu couvert par les medias français ?Merci :)

23h28 : Au tour de Jimmy Carter, président des Etats-Unis de 1977 à 1981, de réagir aux violences autour de la mort de George Floyd. Ancien gouverneur de Géorgie, un Etat du Sud américain marqué par son passé esclavagiste et la ségrégation raciale, il rappelle y avoir déclaré à son arrivé au pouvoir en 1971: "L'époque de la discrimination raciale est terminée". "Avec grande peine et déception, je répète ces mots aujourd'hui, près de cinq décennies plus tard", écrit-il dans son communiqué.

23h05 : La tribune du sénateur républicain de l'Arkansas, Tom Cotton, intitulée "Envoyez les troupes" et publiée dans le New York Times, fait beaucoup parler sur les réseaux sociaux. Extrait : "le peuple américain n'est pas aveugle aux injustices de notre société, mais il sait que la responsabilité de base du gouvernement est de faire respecter l'ordre public (...) même si beaucoup d'hommes politiques préfèrent s'en laver les mains pendant que le pays brûle."

22h29 : Les autorités du Minesota annoncent que les trois policiers qui faisaient équipe avec Derek Chauvin le soir de l'arrestation qui a entraîné la mort de George Floyd vont être placés en détention.

22h04 : @Lisa Là aussi, la manifestation contre les violences policières a dégénéré. Cette fois, c'est l'ambassade américaine qui a été la cible d'attaques au cocktail molotov.

22h02 : Bonsoir, sinon, a part les orages, un mot sur ce qui se passe à Athènes ce soir ?

21h52 : Au tour du réseau social Snapchat, très prisé des jeunes, de modérer les messages de Donald Trump. Snapchat a annoncé qu'il ne ferait désormais plus la promotion des messages du président américain, même si ceux ci restent visibles aux abonnés à son compte et apparaissent quand un usager fait une recherche spécifique.

21h35 : Interrogé par CNN, l'avocat de la famille de George Floyd estime que Derek Chauvin, le policier qui lui a maintenu le genou sur le cou pendant une dizaine de minutes, devrait être inculpé de meurtre avec préméditation ("first degree murder charge", dans la langue de Shakespeare).

21h21 : "Souvent, lorsque l'on dit que l'on vit des moments historiques, c'est un peu galvaudé. Mais là, on vit clairement un moment historique."

21h21 : Ils sont aux premières loges pour relater les manifestations et les violences qui secouent les Etats-Unis depuis que George Floyd, un Afro-Américain, a été tué par un policier blanc. Notre journaliste Margaux Duguet a interrogé plusieurs correspondants français outre-Atlantique. Leurs anecdotes sont édifiantes : "J'ai vu quelqu'un se promener avec un drapeau américain, puis il l'a souillé et jeté dans les flammes. Or, le drapeau, c'est sacré. Et quand tu vois ça, tu te dis : 'Ils sont très, très en colère'."




(CHANDAN KHANNA / AFP)

20h58 : Trois autres policiers vont également être poursuivis pour complicité, poursuit la sénatrice démocrate du Minesota, Amy Klobuchar, qui a révélé l'information.

20h58 : Techniquement, pour nos lecteurs férus de droit américain, il s'agit d'un de meurtre au second degré, l'équivalent, en France, d'un homicide volontaire sans préméditation. Un crime passible d'une peine de quarante ans de prison.

20h52 : Le procureur du Minnesota change le chef d'inculpation contre le policier qui a procédé à l'arrestation de George Floyd. Derek Chauvin est désormais poursuivi pour homicide volontaire.

19h37 : @Lou Derek Chauvin, qui a changé d'avocat hier, va être présenté lundi prochain à la justice.

19h37 : Au fait, que devient le policier mis en cause aux USA ? Ne devait-il pas être présenté à la justice lundi ?

19h35 : @Jonathan C'est localisé à une partie des manifestants qui tentent effectivement d'entrer de force à Downing Street, la résidence du Premier ministre. Dans Hyde Park, l'atmosphère reste pacifique.

19h26 : Bonsoir, des tensions en cours à Londres en marge de la manif ?

19h23 : Alors que les protestations contre la mort de George Floyd continuent à prendre de l'ampleur aux Etats-Unis, l'organisation Anonymous renaît de ses cendres et menace "d'exposer au monde entier les crimes" de la police. On répond à trois questions qui se posent à l'occasion de ce retour sur le devant de la scène.




(STEPHANIE BERLU / RADIO FRANCE)

18h55 : "Faisons savoir aux Etats-Unis d'Amérique, à nos frères et soeurs noirs, que nous sommes avec eux", a lancé à la foule, très ému, l'acteur britannique John Boyega. "Je vous parle avec mon coeur. Je ne sais pas si je vais avoir une carrière après cela mais tant pis", a-t-il ajouté, devant s'interrompre à certains moments, visiblement submergé par l'émotion, appelant à manifester de manière pacifique.

18h46 : Parmi les manifestants londoniens, l'acteur John Boyega, qui s'est fait connaître dans son rôle de stormtrooper déserteur dans la dernière trilogie Star Wars.

18h45 : "Mon message au président Trump, à quiconque aux Etats-Unis, depuis le Royaume-Uni, c'est que le racisme, les violences racistes, n'ont pas leur place dans nos sociétés et je suis sûr que c'est une opinion largement partagée dans le monde."

Boris Johnson s'exprimait lors d'une conférence de presse, qui suivait une manifestation où des milliers de personnes ont battu de pavé contre les violences policières dans les rues de Londres.

18h08 : Voici un nouveau point sur l'actualité en ce début de soirée :

#VIOLENCES_POLICIERES Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a promis que "chaque faute, chaque excès, chaque mot, y compris des expressions racistes" feraient "l'objet d'une enquête, d'une décision, d'une sanction", au lendemain de manifestations à Paris en hommage à Adama Traoré et pour dénoncer les violences policières.


Un revers pour Donald Trump. Le ministre américain de la Défense, Mark Esper, s'est publiquement déclaré opposé au déploiement de l'armée américaine sur le territoire, théâtre de manifestations antiracistes et d'émeutes après la mort de George Floyd. Suivez la situation en direct.


Les salariés de l'usine Renault de Maubeuge (Nord) en grève depuis vendredi ont repris le travail, "rassurés" après les annonces du constructeur automobile et du gouvernement. En revanche, ceux de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) ont manifesté spontanément.


L'Italie a rouvert ses frontières aux touristes européens, qui n'ont pas besoin de justificatif ni de se soumettre à une période de quarantaine. Si les Français peuvent en profiter, les Italiens, eux, attendent toujours de revenir en France.

16h35 : De son côté, l'amiral Mike Mullen, chef d'état-major interarmés sous les administrations Bush et Obama, alerte dans une tribune diffusée sur The Atlantic (en anglais) sur le danger de recourir à l'armée. Une parole rare de sa part.

16h38 : "Je ne suis pas favorable à décréter l'état d'insurrection."

Le ministre américain de la Défense s'est publiquement déclaré opposé au déploiement de l'armée américaine sur le territoire, théâtre de manifestations antiracistes et d'émeutes après la mort d'un homme noir par un policier blanc.

16h06 : Les affrontements survenus à Minneapolis (Minnesota, Etats-Unis) après la mort de George Floyd font tache d'huile dans plusieurs grandes villes américaines et Donald Trump a désigné des responsables : les "antifa". Pour y voir plus clair, franceinfo décrypte ce qu'est cette mouvance, son rôle dans les manifestations actuelles et ce que les autorités américaines peuvent réellement faire face à elle.

15h49 : Le message est clair. Aux Etats-Unis, dans une interview accordée à la chaîne CNN, le chef de la police de Houston a demandé au président Donald Trump de "garder sa bouche fermée" ("Please, keep your mouth shut") pour éviter d’envenimer la situation après les violentes manifestations et la mort de George Floyd. "On n’est pas à Hollywood. C’est la vraie vie, et les vraies vies sont en danger", a déclaré Art Acevedo.�





11h05 : "La mort de George Floyd vient se calquer sur la mort d'Adama Traoré."

En réponse au syndicat policier Unité SGP FO, Assa Traoré affirme que les gendarmes qui ont interpellé son frère "ont dit qu'Adama a subi un plaquage ventral et que mon frère a dit 'Je n'arrive plus à respirer'".

11h02 : Sur franceinfo, la déléguée nationale du syndicat de police Unité SGP FO, Linda Kebbab, accuse la sœur d'Adama Traoré de "se saisir d'une affaire américaine qui n'a absolument rien à voir" avec la mort de son frère.

10h54 : "Nous ne pouvons ni tolérer ni fermer les yeux sur aucune forme de racisme ou d'exclusion."

Le pape réagit pour la première fois à la mobilisation contre le racisme aux Etats-Unis et dans le monde depuis la mort de George Floyd. Il estime toutefois que "rien ne se gagne" avec les réactions de violence observées ces derniers jours.



(VATICAN MEDIA / REUTERS)

10h28 : "Je veux une lettre d'excuses."

Sanctionnée l'an dernier pour avoir levé le poing pour protester contre l'injustice raciale l'an dernier, cette sportive américaine dénonce l'hypocrisie du Comité olympique américain, qui vient de prendre position contre le racisme aux Etats-Unis.





(AFP - ANDREJ ISAKOVIC)

10h19 : "Le couvre-feu n'était pas nécessaire. (...) Qu'est-il arrivé à la liberté d'expression ? A la liberté en Amérique ? On est trop nombreux pour eux."

Notre journaliste Loïg Loury vous plonge dans la manifestation d'hier à New York, où l'entrée en vigueur à 20 heures du couvre-feu n'a pas refroidi les participants.

10h06 : Un McDonald's incendié, la capitale en plein "black-out", des manifestants payés, des policiers casseurs… Un nombre considérable d'infox est diffusé depuis la mort de George Floyd aux Etats-Unis. Notre journaliste Benoît Zagdoun en a listé dix dans cet article.




(NETFLIX)

09h16 : La société Grindr annonce qu'elle va retirer le filtre de l'ethnicité dans la prochaine version de son application de rencontres homosexuelles, en réponse à des demandes d'utilisateurs et par solidarité envers le mouvement Black Lives Matter.

09h07 : Voici un nouveau point sur l'actualité :

• Au lendemain de plusieurs rassemblements interdits contre les violences policières en France, le patron du PS, Olivier Faure, appelle l'exécutif à "ne pas maintenir jusqu'au 31 août l'impossibilité de manifester".

• Une quarantaine d'associations et un millier de personnalités appellent Emmanuel Macron à lancer "une véritable politique de déflation carcérale", pour éviter un retour de la surpopulation dans les prisons.

• Un mois après le début du déconfinement de l'autre côté des Alpes, l'Italie rouvre ses frontières aux touristes européens aujourd'hui. Les Français peuvent donc s'y rendre - puis rentrer dans l'Hexagone - librement.


• Malgré les menaces de Donald Trump de faire appel à l'armée, les Etats-Unis ont connu une nouvelle journée de manifestations contre le racisme et les brutalités policières, hier, neuf jours après la mort de George Floyd.

06h35 : Dans un autre sondage Reuters/Ipsos, 47% des électeurs américains disent envisager de voter pour Joe Biden lors de la présidentielle de novembre, contre 37% pour Donald Trump. Il s'agit du plus large écart entre les deux hommes depuis la désignation (désormais quasi officielle) du candidat démocrate, début avril.

06h30 : Que pensent les Américains des manifestations qui secouent leur pays ? Selon un sondage Reuters/Ipsos réalisé ces deux derniers jours, ils sont 64% à soutenir le mouvement, contre 27% à s'y opposer. Ils sont 55% à désapprouver la gestion de cette crise par Donald Trump, qui a jusqu'ici répondu par la force sans proposition concrète adressée aux manifestants.

06h26 : Le Pentagone annonce avoir déplacé 1 600 soldats dans la région de Washington, sans pour autant les déployer dans la capitale américaine, malgré la promesse de Donald Trump d'y impliquer des "milliers de soldats lourdement armés".

06h18 : Voici quelques images des manifestations de la nuit aux Etats-Unis, notamment à Washington mais aussi à Houston, où 60 000 personnes se sont rassemblées. C'est dans cette ville que George Floyd doit être enterré la semaine prochaine.





(ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP - MARK FELIX / AFP)

06h07 : Histoire de débuter avec les idées claires, rembobinons l'actualité des dernières heures :

• Malgré les menaces de Donald Trump de faire appel à l'armée, les Etats-Unis ont connu une nouvelle journée de manifestations contre le racisme et les brutalités policières, notamment à Houston et Washington, neuf jours après la mort de George Floyd.

• A Paris, la préfecture de police a recensé 20 000 participants à une manifestation (interdite) en soutien à Adama Traoré et contre les violences policières. Ce cortège s'est conclu par des incidents.

Un mois après le début du déconfinement de l'autre côté des Alpes, l'Italie rouvre ses frontières aux touristes européens aujourd'hui. Les Français peuvent donc s'y rendre - puis rentrer dans l'Hexagone - librement.

• En première lecture, l'Assemblée nationale a voté une proposition de loi permettant aux salariés de "donner" des congés sous forme de chèques vacances aux soignants, un texte jugé "un peu obscène" par l'opposition de gauche.