Cet article date de plus d'un an.

Les idées claires : Trump a-t-il vraiment redressé l'économie américaine ?

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

L'économie américaine se porte-t-elle mieux depuis que Donald Trump est président ? C'est la question au cœur des idées claires, notre programme hebdomadaire produit par franceinfo et France Culture destiné à lutter contre les désordres de l'information, des fake news aux idées reçues.

"Nous avons désormais l'économie la plus florissante du monde". C'est par ses mots que Donald Trump vantait son bilan économique en novembre 2018, devant ses partisans. Il est vrai que l'économie américaine ne s'était pas aussi bien portée depuis des décennies. Le taux de chômage est descendu à 3,5% et la croissance, même si elle s'est révélée légèrement en-deçà des prévisions, restait en 2019 très solide avec 2,3%.

Malgré ses outrances, ses dérapages, les oppositions virulentes qu'il suscite, Donald Trump s'est toujours lui-même présenté comme un gestionnaire et un bon "chef d'entreprise". Nul doute que les très bons résultats de l'économie américaine vont lui servir d'argument de campagne face aux démocrates. Mais est-il vraiment responsable de cette embellie ?

L'héritage Obama

En réalité, Donald Trump a hérité d'une situation déjà très prospère. L'économie américaine est sur un cycle de croissance positive depuis une décennie. Même constat pour le chômage qui, n'a cessé de baisser chaque années depuis 2010, année noire où il avait atteint 9,6%. Ces chiffres sont toutefois à nuancer car ils ne prennent pas en compte des millions d'Américains qui sont sortis du marché du travail et donc des statistiques.

La présidence Trump, miracle économique ou chiffres en trompe-l'oeil ? Pour répondre à cette question nous avons demandé à Christophe Blot, économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) et professeur associé à l'université Paris Nanterre.

Écoutez et abonnez-vous au podcast

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.