L'Amérique en campagne : les dernières paroles chocs des candidats

C'est le D-Day, l'heure du choix mais il n'est pas trop tard pour mobiliser les électeurs et  même si les meetings sont terminés aux États-Unis, les candidats peuvent encore s'exprimer le Jour J.

Donald Trump et Hillary Clinton 
Donald Trump et Hillary Clinton  (PAUL J. RICHARDS / AFP)

Les dernières punchlines des candidats 

Donald Trump était l'invité mardi 8 novembre au matin de Fox News, par téléphone. "Oui", dit-il "je suis à la tête d'un mouvement inédit, mais tout cela n'aura servi à rien si je perds".

"Si je perds j’aurais dépensé plus de 100 millions de dollars, donc il n’y aura rien eu d’exceptionnel si je ne gagne pas ! Nous avons un formidable pays avec un énorme potentiel. Vraiment allez voter !" Dans cette interview, Trump a aussi remis en question les sondages "bidons" qui donnent la victoire à Hillary Clinton. Et Hillary Clinton aussi a pris la parole mardi 8 novembre. Elle a répondu quelques mots au reporter du CNN juste après avoir voté, près de son domicile de Chapaqua, dans l'état de New York : "J’éprouve un profond sentiment d’humilité car je sais quelles responsabilités sont en jeux. Tant de gens comptent sur le résultat de cette élection, çà signifie tellement pour ce pays ! Je ferais de mon mieux si j’ai la chance de gagner."

New York, "The place to be" 


Tous les regards seront braqués sur New York. C'est là que Clinton et Trump vont suivre la nuit électorale. Là que va donc dormir le futur président des États-Unis. C’est là aussi que Madonna a improvisé, lundi soir, un concert surprise pro-Clinton.  Elle a repris "Imagine" de John Lennon.

New York, c'est donc l’endroit où il faut être pour cette soirée électorale. Pour les autorités, c’est un cas de figure comparable au Nouvel an ou à la récente visite du Pape François. Des dizaines de milliers de personnes seront rassemblées dans les quartiers généraux des deux candidats.

Comment marche ce scrutin ? 

C'est un scrutin Etat par Etat. Chaque Etat attribue un certain nombre de grands électeurs. Il en faut 270 pour être élu. Une dizaine d'Etats-clés, comme la Floride ou la Caroline du Nord, vont déterminer le vainqueur. Premiers résultats à partir de minuit/1h du matin mercredi 9 novembre. Le futur président des Etats-Unis devrait être connu mercredi 9 novembre, vers 5/6 heures du matin (heure française). On guette aussi le résultat des élections au Congrès (Sénat et Chambre des représentants). Le Sénat pourrait basculer côté démocrate. Tous les résultats à suivre sur franceinfo. 

Que retiendra-t-on de cette campagne américaine? 

Des slogans, des punchlines, qui resteront dans l'Histoire de cette campagne hors normes qui a dégoûté de la politique beaucoup d'américains.

On en doit plusieurs à Donald Trump :

D'abord : "L'élection, le système truqué !" Mais aussi "Hillary la corrompue", allusion notamment à l'affaire des e-mails privés de la démocrate. Et le slogan de la fin de campagne :"Assécher le marigot", en clair faire le ménage dans le système.

Hillary Clinton a souvent riposté : 

Par exemple, lors du premier débat :"Oui je me suis préparée à ce débat, et vous savez à quoi d'autre, je me suis préparée à être présidente." Mais c'est peut-être cette réaction qui a eu le plus d'effet. Clinton réagit à des accusations de Trump et lâche simplement "Waouh ok"  

Le couple Obama ne s'est pas gêné non plus :

Le couple Obama s'est démené pour Clinton dans cette campagne. C'est le cas de Michelle :"On a besoin d'un adulte à la Maison Blanche". Mais aussi Barack "Don't boo, vote"( "Ne huez pas, votez" ) qu'il a lancé à la convention démocrate. Ce message a marqué la campagne.

Le camp Clinton est convaincu qu'il peut donner la victoire à sa candidate. Il ne suffit pas de s'indigner des propos, des attitudes de Trump, il faut aller voter. Cela suffira-t-il pour Clinton?  Réponse mercredi 9 novembre. 

L'Amérique en campagne par Franck Mathevon
--'--
--'--