"J'espère qu'on pourra aller faire les courses" : à Biarritz, les habitants s'inquiètent de la tenue du G7 cet été

Du 23 au 26 août, le G7 se tiendra à Biarrtiz dans des conditions de sécurité qui vont impacter la vie des habitants. 

La plage de Biarritz en 2017. 
La plage de Biarritz en 2017.  (IROZ GAIZKA / AFP)

Le G7 à Biarritz c'est dans un peu plus de trois mois mais les habitants et les commerçants appréhendent déjà. Le sommet se tient du 23 au 26 août. Plus de 5 000 délégués, personnels techniques et journalistes sont attendus au pays basque. Pendant ces quatre jours, la ville sera ultra sécurisée, notamment dans la zone rouge, et les déplacements pour les habitants seront compliqués. 

"Pour circuler, c'est pas marrant"

Tous les jours, Jeannine, Monique, Josette et Renée se retrouvent sur un banc en front de mer. Ce secteur sera situé dans la zone rouge pendant le G7. Pour y accéder ces résidentes devront avoir un badge obligatoire et une carte d'identité. "On ne pourra pas aller où on veut. Pour circuler, ce n’est pas marrant. J'espère qu'on pourra aller faire les courses, raconte l'une des femmes. Déjà quand le président est descendu avec sa femme vendredi dernier, c'était bordélique. Le centre-ville était bloqué avec les camions de CRS", comme un avant-goût du G7. 

La circulation et le stationnement seront interdits, y compris pour les vélos. Myriam Pons tient le Biarritz Beach. Son bar-restaurant se trouve près du casino dans la zone rouge, ce qui signifie "pas de terrasse du 23 au 26 août", déplore-t-elle. "On a une autre façon dont on pourrait exploiter notre vente à emporter, mais on n'a pas les clients puisqu'aucune personne ne peut se balader sur la grande plage", regrette la patronne du bar. 

Il ne peut pas y avoir de baignade ni de surfeurs, donc qui on va servir ? C'est le mois où nous réalisons notre plus gros chiffre d'affaires, c'est une grosse perteMyriam Ponsà franceinfo

 

Des indemnisations éventuelles seront calculées au cas par cas s'il y a des pertes financières. David est installé juste en face de la grande plage, où il donne des cours de surf et vend des articles de sports. Il vient de refaire ses plannings. "Là en été, on est six personnes mais bon je vais venir seul et après je vais voir dans la journée si j'arrive à faire quelques ventes aux politiciens ou aux gens de la presse qui vont passer sur le promenoir. Si j'ai personne, ça servira à rien de venir", assure-t-il. 

Des conséquences pour les infirmières et les sportifs 

Venir travailler ou pas, d'autres professionnels n'ont pas le choix. C'est le cas de cette infirmière à domicile. "Il va falloir faire tout à pied. Je ne serai pas à l'heure pour mes patients, dit-elle. Le problème c'est que c'est des patients chroniques pour lesquels on doit passer deux fois par jour. Déjà on les prépare, on leur dit 'on passera mais on ne sait pas à quelle heure ni comment'. Ça va être très compliqué", conclut-elle. 

Le G7 perturbe aussi le calendrier du Biarritz Olympique. Le coup d'envoi de la saison de Pro D2 de rugby ne se jouera pas à domicile car le stade Aguiléra sera monopolisé par les forces de l'ordre. 

Le reportage de Farida Nouar à Biarritz
--'--
--'--