Cet article date de plus de trois ans.

États-Unis : "C'est l'explosion finale d'une présidence de guerre civile", commente un ancien ambassadeur après l'intrusion au Capitole

Selon Gérard Araud, Donald Trump ne déviera pas, persuadé qu'on lui a "volé" l'élection. "C'est un battant et on peut craindre qu'il aille jusqu'au bout." 

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Gérard Araud, ancien ambassadeur de France aux États-Unis, le 23 avril 2018. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Le coup de force des partisans de Donald Trump mercredi soir au Capitole, à Washington, "c'est l'explosion finale d'une présidence de guerre civile", a commenté jeudi 7 janvier sur franceinfo Gérard Araud, ancien ambassadeur de France aux États-Unis (2014-2019), ex-représentant permanent de la France auprès des Nations-unies (2009-2014), ancien ambassadeur de France en Israël (2003-2006).

>> Irruption de partisans pro-Trump au Capitole : suivez  notre direct.

franceinfo : Que retenez-vous de ces évènements inédits ?

Gérard Araud : C'est le couronnement, l'aboutissement de quatre années de violences virtuelles aux États-Unis entre deux Amériques qui ne se comprennent plus, ne se parlent plus, avec un président qui n'a cessé de jeter de l'huile sur le feu, en particulier après les élections où il a parlé de fraudes qui n'ont absolument pas été prouvées. Donc c'est l'aboutissement de quatre années de tensions extrêmes, c'est l'explosion finale d'une présidence de guerre civile.

Donald Trump a réaffirmé hier soir qu'il y avait une fraude, mais il a demandé à ses partisans de se calmer. Pouvait-il être entendu ?

Dans son message, il y a peut-être cinq secondes sur le thème calmez-vous mais il y a avant une à deux minutes pour dire qu'ils ont raison de manifester parce qu'on lui a volé l'élection.

"Donald Trump n'aura jamais, c'est sa personnalité, des mots de réconciliation, il en est incapable."

Gérard Araud, ancien ambassadeur de France aux États-Unis

à franceinfo

Il est persuadé qu'on lui a volé l'élection, il y croit sincèrement. C'est un battant et on peut craindre qu'il aille jusqu'au bout. Après le 20 janvier, l'arrivée de Biden, il va continuer sur le même thème.

Qu'est-ce que cela va laisser comme trace ?

La vraie question porte sur le parti républicain. Il y a à l'évidence une rupture au sein du parti républicain et la direction traditionnelle s'est réveillée et a refusé de suivre Trump alors qu'à la Chambre une partie des jeunes suivent Trump. Donc, on se demande ce qu'il va se passer.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.