Ingérence russe dans la présidentielle américaine de 2016 : Donald Trump commue la peine de prison de son ami Roger Stone

La peine de prison de Roger Stone, reconnu coupable de mensonges au Congrès et de subornation de témoin, devait commencer la semaine prochaine.

L\'ancien conseiller de Donald Trump Roger Stone à Washington, le 6 novembre 2019.
L'ancien conseiller de Donald Trump Roger Stone à Washington, le 6 novembre 2019. (MARK WILSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Il n'avait jamais caché sa volonté de lui épargner la prison. Donald Trump a commué, vendredi 10 juillet, la peine de prison de son ami de longue date et conseiller Roger Stone. Ce dernier, qui se décrit lui-même comme "un habitué des coups fourrés", a été reconnu coupable d'avoir menti au Congrès sur ses contacts avec l'organisation WikiLeaks au sujet d'e-mails démocrates piratés lors de la présidentielle de 2016 via des agents russes. Les procureurs avaient démontré qu'il avait menti et intimidé des témoins pour protéger Donald Trump. Roger Stone devait être incarcéré dans les prochains jours.

"Roger Stone a déjà beaucoup souffert", a justifié la Maison Blanche dans un communiqué. "Il a été traité très injustement, comme beaucoup d'autres dans cette affaire. Roger Stone est maintenant un homme libre !" Cette décision marque l'intervention la plus affirmée du président républicain pour protéger un associé dans une affaire pénale. Donald Trump était déjà intervenu à plusieurs reprises lors de la procédure judiciaire. Accusé de bafouer le principe de la séparation des pouvoirs et de faire pression sur ces procureurs, il a expliqué que ses actions n'avaient rien de répréhensible, dénonçant une "situation très injuste" et une "erreur judiciaire".