Etats-Unis : le fils aîné de Donald Trump convoqué au Sénat dans le cadre de l'enquête russe

Selon des médias américains, la commission du renseignement au Sénat, contrôlée par les républicains, veut notamment revoir Donald Trump Junior pour l'interroger au sujet d'un projet de Trump Tower à Moscou.

Le fils de Donald Trump, Donald Trump Junior, le 23 février 2018 à New Delhi (Inde). 
Le fils de Donald Trump, Donald Trump Junior, le 23 février 2018 à New Delhi (Inde).  (MONEY SHARMA / AFP)

Il est invité à s'expliquer devant la chambre haute du Congrès américain, sur ses contacts avec des représentants de la Russie. Le fils aîné de Donald Trump, Donald Trump Junior, est convoqué devant une commission du Sénat dans le cadre de l'enquête russe, a appris Reuters auprès de deux sources parlementaires, mercredi 8 mai. L'information a été confirmée par plusieurs médias américains. 

Selon l'une des sources parlementaires interrogées par Reuters, la commission du renseignement du Sénat souhaite, avec cette convocation, obtenir des précisions sur le témoignage livré par Donald Trump Junior devant la commission des Affaires judiciaires du Sénat, en septembre 2017. La teneur de cet entretien est en contradiction avec le récit livré par l'ancien avocat de Donald Trump, Michael Cohen, lors d'une audition publique, a précisé l'une des sources. 

C'est la première fois que le Congrès américain use de ses pouvoirs d'enquête pour convoquer un membre de la famille Trump. Certains d'entre eux ont témoigné de leur plein gré dans le cadre de cette investigation tentaculaire sur les ingérences de Moscou dans la campagne présidentielle de 2016.

Il souhaiterait s'opposer à sa convocation

D'après les médias américains, la commission sénatoriale du renseignement, contrôlée par les républicains, veut notamment revoir Donald Trump Junior pour l'interroger au sujet d'un projet de Trump Tower à Moscou. Selon le Wall Street Journal, il a refusé une invitation à comparaître, offrant de répondre aux questions des sénateurs par écrit. Il aurait désormais l'intention de s'opposer à sa convocation, ajoute le quotidien.

Dans son rapport d'enquête sur les soupçons d'ingérence russe, remis fin mars, le procureur spécial, Robert Mueller, a écrit ne pas avoir trouvé de preuve d'une quelconque entente entre la Russie et l'entourage de Donald Trump en 2016. Il a cependant dressé la liste d'une série de pressions troublantes exercées sur son travail.

Le procureur spécial fait également état d'un élément "acceptable" indiquant que le fils aîné de Donald Trump a violé les lois sur le financement des campagnes électorales. Il a conclu ne pas être en mesure de pouvoir obtenir une inculpation.