Cet article date de plus de trois ans.

États-Unis : la Floride rend hommage aux victimes de la tuerie de Parkland

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Etats-Unis : la Floride rend hommage aux victimes de la tuerie de Parkland
FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

Au lendemain de l'attaque d'un lycée par un ancien élève qui a fait 17 morts à Parkland, en Floride, le 14 février dernier, plusieurs centaines d'habitants se sont réunis pour un grand hommage. Tous critiquent la vente libre des armes aux États-Unis, question que Donald Trump a préféré éviter.

À la nuit tombante, plusieurs centaines d'habitants de Parkland (Floride, États-Unis) se sont réunis pour une veillée collective à la mémoire de leurs camarades. Le 14 février dernier, 17 élèves et professeurs d'un lycée de la ville ont été abattus par un ancien élève. Le nom de chaque victime a été scandé tandis que les familles, brisées, ont malgré tout tenu à prendre la parole. "Je ne sais pas ce que je vais devenir, ma femme est à la maison, nous sommes détruits. Mais ne me dites pas que ce qui est arrivé n'est pas lié aux ventes d'armes" a déclaré le père d'une victime. La foule en colère ne comprend pas comment Nikolas Cruz, le tueur, a pu se fournir légalement un fusil semi-automatique.

Donald Trump ne remet pas en question la vente libre des armes

Le jeune homme a brièvement comparu devant la justice et a avoué les faits. Il avait été renvoyé de ce lycée pour des problèmes de discipline. Il y a quelques mois, l'individu avait menacé de tirer dans une école, le FBI n'avait pas pu l'identifier. Le président américain Donald Trump a évoqué un renforcement de la sécurité dans les écoles, mais n'a pas évoqué le débat sur la vente libre des armes. Elle reste autorisée dans le pays, quelques États ont voté des lois interdisant la vente d'armes aux "personnes suspectes". Ce n'est pas le cas de la Floride. Le jeune homme s'entraînait à découvert, au point d'inquiéter ses voisins qui avaient décidé de le filmer. 




Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.