États-Unis / Iran : la guerre des sanctions

Les Américains ont décidé d'interdire les importations de pétrole iranien. Une sanction qui a fait grimper le prix du baril. Donald Trump a cependant autorisé huit pays à poursuivre leurs importations.

Voir la vidéo

Donald Trump les avait annoncées façon Hollywood, les sanctions sur l'Iran sont rétablies. Son secrétaire d'État, Mike Pompeo, les a détaillées, en justifiant les décisions unilatérales des États-Unis. "Nous espérons qu'un nouvel accord sur le nucléaire est possible, mais en attendant que l'Iran suive les conditions que nous avons établies, nous ne relâcherons pas la pression sur le régime", a déclaré Mike Pompeo. Le président américain s'était juré de réduire à zéro les exportations de pétrole iranien, d'un seul coup.

Huit pays exemptés

Cependant, il a dû accorder un délai de six mois, une exemption à huit pays : la Chine, l'Inde, la Corée du Sud, la Turquie, l'Italie, le Japon, Taiwan et la Grèce. Ce sont les plus gros clients de l'Iran. Ils avaient demandé une exemption, accordée pour ne pas envenimer les relations économiques avec la Chine et préserver les liens diplomatiques avec les autres. Dernière mesure : les banques iraniennes sont coupées du système bancaire international.

Le JT
Les autres sujets du JT
Donald Trump, le 1er novembre 2018, à Colombia, dans le Missouri.
Donald Trump, le 1er novembre 2018, à Colombia, dans le Missouri. (SAUL LOEB / AFP)