États-Unis : Donald Trump va lancer un plan de rénovation des infrastructures à 1 500 milliards de dollars

Si la Maison Blanche compte mettre 200 milliards de dollars pour rénover les infrastructures du pays en piteux état, elle compte surtout sur les investisseurs privés et les États pour le gros de la facture.

La gigantesque panne d\'électricité en décembre 2017 à l\'aéroport d\'Atlanta (Etats-Unis) illustre le besoin de rénovation des infrastructures américaines.
La gigantesque panne d'électricité en décembre 2017 à l'aéroport d'Atlanta (Etats-Unis) illustre le besoin de rénovation des infrastructures américaines. (MAXPPP)

L’administration Trump va dévoiler aujourd’hui un gigantesque plan pour rénover les infrastructures vieillissantes des États-Unis : routes, autoroutes, gares, aéroport. La Maison Blanche a chiffré les investissements à 1 500 milliards de dollars. Les investisseurs privés et les États vont être sollicités à hauteur de 1 300 milliards, pour ces grands travaux.

Un état des lieux inquiétant

Quiconque a voyagé aux États-Unis connait ses autoroutes qui ne sont pas toujours en bon état et ses aéroports vieillissants dont la plupart datent des années 1960. Des lignes de chemin de fer sont aussi hors d’âge et le métro new yorkais ne vaut guère mieux. L’actualité de ces mois a été marquée par de nombreux accidents ferroviaires, notamment des déraillements de train. Et en décembre dernier, une gigantesque panne d’électricité a paralysé l’aéroport d’Atlanta, le plus fréquenté du monde. L’association des ingénieurs américains dresse d’ailleurs un tableau très noir de la situation. Selon cette organisation, plus de 50 000 ponts aux États-Unis sont en très mauvais état.

Une facture à partager

Avant même son arrivée à la Maison Blanche, Donald Trump avait fait une priorité de la rénovation de ces infrastructures. L’État fédéral compte mettre sur la table quelque 200 milliards de dollars. Il espère convaincre les États, ainsi que les investisseurs privés de financer le reste - colossal - de la facture, soit 1 300 autres milliards nécessaires pour la rénovation des infrastructures du pays. Si ce plan d’investissement voit le jour, ce serait la programmation la plus ambitieuse depuis la création du réseau des autoroutes inter-États par le président Eisenhower au milieu des années 1950.