États-Unis : Donald Trump s'attaque aux migrants et aux démocrates

Donald Trump appelle dimanche 14 juillet plusieurs parlementaires démocrates à retourner dans leur pays d'origine. L'opposition juge ces attaques "xénophobes".

France 3

Donald Trump avait prévenu. Sur tout le territoire américain, une gigantesque opération de reconduite à la frontière de clandestins allait être menée à partir du dimanche 14 juillet. Dix villes devaient être ciblées, de New York à San Francisco en passant par Chicago ou Houston, mais dimanche soir, peu de coups de filet de grande ampleur. Les grandes villes, souvent démocrates, ont fait de la résistance.

Scène surréaliste à Los Angeles où c'est le shérif en personne et en uniforme qui donne des conseils aux immigrants de non-coopération avec la police. "Gardez votre porte fermée et demandez aux policiers de l'immigration à voir leur mandat, s'ils n'en ont pas, n'ouvrez pas la porte", informe Alex Villanueva.

Trump expulse moins qu'Obama

Pour ses détracteurs, Donald Trump applique sa stratégie de grande promesse pas forcément suivie des faits, à l'image de la construction laborieuse du mur à la frontière avec le Mexique. Les méthodes du président américain font polémique, notamment les conditions insalubres des immigrants dans les centres de détention. Plusieurs députés de gauche sont allés les inspecter. "Pourquoi est-ce qu'elles ne retournent pas d'où elles viennent ?", a lancé Donald Trump, qui expulse nettement moins de clandestins que Barack Obama, le record étant détenu par le démocrate Bill Clinton.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président américain Donald Trump s\'adresse à la presse, à Washington, la capitale fédérale des Etats-Unis, le 5 juillet 2019.
Le président américain Donald Trump s'adresse à la presse, à Washington, la capitale fédérale des Etats-Unis, le 5 juillet 2019. (SAUL LOEB / AFP)