Cet article date de plus d'un an.

Election américaine : que se passe-t-il en cas d'égalité entre Donald Trump et Joe Biden ?

Le décompte se poursuit dans un scrutin extrêmement serré. Si les deux candidats emportent le même nombre de grands électeurs, une procédure complexe est enclenchée.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Donald Trump et Joe Biden lors du débat à Nashville aux Etats-Unis, le 22 octobre 2020. (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)

Et si Donald Trump et Joe Biden étaient ex æquo ? Le décompte des résultats de  se poursuit dans un scrutin extrêmement serré, mercredi 4 novembre, et cette hypothèse ne peut être exclue. A 2h50 (8h50, heure française), Joe Biden continuait de faire la course en tête, avec 235 grands électeurs engrangés, mais l'écart s'est réduit avec le président sortant, qui remportait à ce stade 213 grands électeurs. Il en faut 270 pour atteindre la majorité absolue. Les résultats de huit Etats, dont les Etats clés de Pennsylvanie, du Michigan, du Wisconsin et de Caroline du Nord, ne sont pas encore connus.

>> Suivez les derniers résultats et la soirée électorale en direct

Donald Trump a d'ores et déjà revendiqué avoir gagné l'élection, tandis que son rival démocrate Joe Biden affirme qu'il est en "bonne voie" de remporter ce duel au coude à coude. Si chacun des candidats remportait finalement la moitié des 538 grands électeurs, soit 269, une procédure complexe, jamais vue dans l'histoire récente de la politique américaine, serait enclenchée.

>> CARTE. Suivez en direct les résultats Etat par Etat

Un président élu par la Chambre des représentants

La Constitution américaine* est très claire : si aucun vainqueur ne ressort du vote du collège électoral, c'est à la Chambre des représentants d'élire le futur chef d'Etat. Chacun des 435 représentants ne vote toutefois pas individuellement pour élire le nouveau président. Les représentants sont regroupés par Etat et chaque Etat représente un vote et le premier candidat à obtenir 26 voix est éluCela inverse les forces politiques. Même si les démocrates détiennent la majorité à la Chambre des représentants, car ils sont implantés dans les Etats les plus peuplés, les Républicains occupent le plus grand nombre d'Etats au total. "Si ce scénario devait arriver, les Républicains seraient donc probablement avantagés", poursuit Alexander Burns, journaliste politique au New York Times*.

Quant au vice-président, il doit être élu par le Sénat, où les 100 sénateurs sont appelés à voter individuellement pour le désigner. Puisque la chambre haute est actuellement à majorité républicaine, Mike Pence serait a priori réélu.

Dans l'histoire américaine, une égalité parfaite entre deux candidats à la présidentielle est déjà arrivée en 1800, raconte Le FigaroA cette époque, la Constitution ne distinguait pas l'élection du président de celui du vice-président. Le candidat arrivé en tête devenait président et le second vice-président. Ainsi, deux démocrates, Thomas Jefferson et Aaron Burr, se sont retrouvés chacun avec 73 voix. Il a fallu 36 tours à la Chambre des représentants pour départager les candidats, relève le site Constitution center*. Pour éviter qu'un tel scénario se représente, le Congrès a ratifié le 12e amendement de la Constitution, afin de distinguer, à l'avenir, le vote du président de celui du vice-président.

* Liens en anglais

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Donald Trump

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.