Cet article date de plus de deux ans.

Madeleine Albright, première femme à avoir été secrétaire d'Etat aux Etats-Unis à la fin des années 1990, est morte à l'âge de 84 ans

Ambassadrice de l'ONU de 1993 à 1997, Madeleine Albright est devenue cheffe de la diplomatie américaine entre 1997 et 2001, dans l'administration du président démocrate Bill Clinton.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
L'ancienne secrétaire d'Etat américaine Madeleine Albright lors d'une conférence sur la transition de la présidence américaine d'Obama à Trump à Washington, le 10 janvier 2017. (CHRIS KLEPONIS / AFP)

L'ancienne secrétaire d'Etat américaine Madeleine Albright, première femme à avoir occupé ce poste au sein du gouvernement américain, est morte mercredi 23 mars à l'âge de 84 ans, a annoncé sa famille. Cheffe de la diplomatie entre 1997 et 2001, dans l'administration du président démocrate Bill Clinton, Madeleine Albright s'est éteinte des suites d'un cancer, précisent ses proches, qui saluent "une défenseuse infatigable de la démocratie et des droits humains"

Madeleine Albright est née le 15 mai 1937 à Prague dans une famille juive. Onze ans plus tard, sa famille émigre aux Etats-Unis. Ses études lui permettent d'accéder aux plus hautes marches du pouvoir. Juste avant de prendre la tête de la diplomatie américaine, elle occupe le poste d'ambassadrice des Etats-Unis auprès de l'ONU (1993-1997), au moment notamment de l'intervention de l'Otan au Kosovo. 

Une voix "pour la liberté et la démocratie"

Le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price, a qualifié sa mort de "dévastatrice". "C'était une pionnière, a-t-il salué. En tant que première femme secrétaire d'Etat, elle a littéralement ouvert la voie à une grande partie de notre profession." Pour Joe Biden, Madeleine Albright a contribué à "changer le cours de l'Histoire". "Pour rendre ce pays qu'elle aimait encore plus beau, elle a bravé les conventions, brisé les barrières, encore et toujours", a applaudi le président américain.

Celui qui l'avait nommé secrétaire d'Etat a lui rendu hommage à "une voix passionnée pour la liberté, la démocratie et les droits humains". Sa mort "est une perte immense pour le monde à un moment où nous avons le plus besoin des enseignements de sa vie", a souligné Bill Clinton dans un communiqué.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.