La ville de San Francisco interdit la vente de fourrures pour "envoyer un message fort au reste du monde"

L'association de défense des animaux Humane Society International a salué "une victoire historique pour des millions d'animaux confinés cruellement et tués pour leur peau".

Photo d\'illustration : la ville de San Francisco (Etats-Unis) a annoncé qu\'elle interdisait la vente de fourrures, le 20 mars 2018.
Photo d'illustration : la ville de San Francisco (Etats-Unis) a annoncé qu'elle interdisait la vente de fourrures, le 20 mars 2018. (MAXPPP)

"Plus de profits sur le dos – littéralement – des animaux." Après la décision prise par la marque Versace, c'est au tour de la ville de San Francisco (Etats-Unis) d'interdire, mardi 20 mars, la vente de fourrures nouvelles, devenant la plus grande municipalité américaine à adopter une telle mesure pour protéger les animaux. "Pour soutenir ceux qui n'ont pas la parole, mes collègues viennent de voter à 10 contre 0 pour soutenir ma proposition d'interdiction de la vente de vêtements ou accessoires de nouvelle fourrure à partir du 1er janvier 2019", a écrit sur Twitter Katy Tang, membre du conseil de surveillance de la ville, qui avait proposé la mesure. "J'espère que nous allons envoyer un message fort au reste du monde", a-t-elle ajouté, citée par le quotidien San Francisco Chronicle.

L'association de défense des animaux Humane Society International (HSI) a salué sur son blog (en anglais) "une victoire historique pour des millions d'animaux confinés cruellement et tués pour leur peau". De leur côté, certains vendeurs de San Francisco ont exprimé leur frustration face au vote de la ville californienne. "Ça va avoir un impact sérieux sur nous", a réagi Karen Flood, directrice générale de l'association commerciale du quartier commerçant d'Union Square, interrogée par le San Francisco Chronicle.