"Il est temps de transformer la douleur en action" : après la tuerie d'Uvalde, le président américain Joe Biden appelle à affronter le lobby des armes

"Quand, pour l'amour de Dieu, allons-nous affronter le lobby des armes ?" s'est interrogé l'élu démocrate, quelques heures après qu'un adolescent a ouvert le feu dans une école primaire du Texas, tuant 19 écoliers. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Joe Biden s'exprime depuis la Maison Blanche, à Washington (Etats-Unis), après une fusillade dans une école élémentaire du Texas, le 24 mai 2022.  (ANNA MONEYMAKER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Joe Biden s'est exprimé quelques heures après le massacre dans une école primaire du Texas, mardi 24 mai, qui a fait au moins 21 morts, dont 19 élèves. Visiblement marqué, le président américain a appelé à "affronter le lobby des armes" pour prendre des mesures de régulation, alors que l'Amérique vient de replonger dans le cauchemar récurrent des fusillades en milieu scolaire.

"J'espérais en devenant président ne pas avoir à faire cela", a soufflé le démocrate de 79 ans en arrivant devant les caméras à la Maison Blanche. "Quand, pour l'amour de Dieu, allons-nous affronter le lobby des armes ?" a interrogé le président des Etats-Unis, informé du drame dans l'avion qui le ramenait d'une visite en Asie.

"Il est temps de transformer cette douleur en action pour chaque parent, pour chaque citoyen de ce pays."

Joe Biden, président des Etats-Unis

lors d'une allocution à la Maison Blanche

"Ne me dites pas que nous ne pouvons pas avoir d'impact sur ce carnage", a encore lancé Joe Biden, à propos du fléau des morts par armes à feu aux Etats-Unis.

L'opposition campe sur ses positions

"Les fabricants d'armes ont passé deux décennies à promouvoir avec agressivité les armes d'assaut qui leur procurent les plus importants profits", a encore dénoncé Joe Biden. Il s'en est pris aussi à l'opposition républicaine, qui bloque toutes ses tentatives de passer au Congrès des mesures telle qu'une vérification obligatoire des casiers judiciaires et antécédents psychiatriques des personnes achetant des armes.

"Ceux qui bloquent ou retardent des législations de bon sens sur les armes,(...) nous n'oublierons pas."

Joe Biden, président des Etats-Unis

depuis la Maison Blanche

Le camp conservateur refuse aussi jusqu'ici de remettre en place une interdiction de la commercialisation à des civils des fusils d'assaut, comme celle qui a existé aux Etats-Unis entre 1994 et 2004 pour certaines armes semi-automatiques.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Joe Biden

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.