États-Unis : "Les forces de l'ordre américaines sont massivement mobilisées" pour l'investiture de Joe Biden, explique un historien

À trois jours de l'investiture de Joe Biden, Washington est en état d'alerte. Le FBI craint de nouvelles manifestations violentes de la part des partisans de Donald Trump.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des membres de la Garde nationale remontent une avenue le long du Capitole américain à Washington, le 15 janvier 2021. (SAUL LOEB / AFP)

"Les forces de l'ordre américaines sont massivement mobilisées avant l'investiture de Joe Biden à la présidence des États-Unis. Le FBI craint des manifestations en dehors de Washington", a expliqué dimanche 17 janvier sur franceinfo Romain Huret, directeur d’études à l’école des hautes études en sciences sociales et historien des États-Unis. Les grandes villes américaines, en particulier la capitale Washington, sont en état d'alerte face aux craintes de violences de la part de partisans de Donald Trump mercredi 20 janvier, le jour de l'investiture du nouveau président. Le FBI a alerté sur la présence de manifestants potentiellement armés convaincus qui refusent la victoire de Joe Biden.

>> EN IMAGES. Etats-Unis : Washington se barricade avant l'investiture de Joe Biden

franceinfo : Quelle est la situation sur place ?

Romain Huret : Les forces de l'ordre américaines sont massivement mobilisées avant l'investiture de Joe Biden à la présidence des Etats-Unis. Le FBI craint des manifestations en dehors de Washington. Des partisans de Donald Trump appellent à se mobiliser.

Faut-il craindre de nouvelles mobilisations ?

Il y en a déjà. C'est encore assez difficile de définir le nombre et s'il y aura des violences, mais dès aujourd'hui les partisans de Donald Trump ont commencé à se faire entendre, et il y a de fortes chances qu'ils se fassent entendre dans les prochains jours. Certains Etats ont pris des mesures pour limiter l'accès aux centres villes. Le FBI a demandé la plus grande vigilance dans l'ensemble du pays parce qu'il craint des actions violentes.

Donald Trump a lancé un appel au calme. Est-ce que cela va suffire ?

Pour beaucoup, il est un peu tardif. Il faut voir que ces groupes de la haine, comme les appelles les juristes qui les scrutent, on en compte environ 940 aux Etats-Unis. Ils n'ont pas besoin de consignes, ils font ce qu'ils veulent. Ils sont persuadés que Donald Trump a été volé de son élection et qu'il faut lui rendre. Donc, on ne sait pas du tout ce qu'ils vont faire, ce qu'ils ont préparé, mais il est sûr qu'ils manifesteront en opposition à l'investiture de Joe Biden d'une manière ou d'une autre.

Vont-ils rester mobilisés après l'investiture ?

C'est absolument certain. Ils estiment que Joe Biden n'est pas le président élu, donc il n'y a aucune chance qu'ils se rallient dès jeudi matin au nouveau président. Ils vont continuer à faire entendre leur voix et leur mécontentement dans les prochains mois et les prochaines années.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.