Etats-Unis : l'administration Biden facilite le choix du genre sur les passeports américains

Aucun certificat ne sera demandé pour justifier le choix du genre masculin ou feminin lors d'une demande de passport.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des passeports des Etats-Unis, le 4 septembre 2020.  (JIM LO SCALZO / EPA / MaxPPP)

Une avancée pour les droits des personnes transgenres. Le département d'Etat américain a annoncé mercredi 30 juin son intention de faciliter le choix du genre pour les citoyens demandant un passeport. "Nous allons entamer le processus visant à mettre à jour nos procédures de délivrance de passeports américains", a détaillé le secrétaire d'Etat, Antony Blinken, soulignant dans un communiqué vouloir "assurer un traitement équitable aux citoyens américains LGBTQI+".

Le gouvernement américain va donc "autoriser les requérants à choisir eux-mêmes leur genre comme M (masculin) ou F (féminin)", lors d'une demande de passeport, sans plus exiger de certificats médicaux si celui-ci varie par rapport à un précédent document d'identité. En revanche, l'ajout d'un "marqueur de genre pour les personnes non binaires, intersexes et ne se conformant pas aux genres", "est technologiquement complexe et demandera du temps pour d'importantes mises à jour des systèmes", prévient le département d'Etat.

Le président américain, Joe Biden, a fait des droits LGBT+ une priorité, promulguant notamment au premier jour de son mandat un décret visant à "prévenir et combattre les discriminations sur la base de l'identité de genre ou l'orientation sexuelle". Il s'est aussi attaqué aux discriminations contre les patients homosexuels et transgenres dans le milieu de la santé, et a nommé une envoyée spéciale, Jessica Stern, pour la défense des droits de la communauté LGBT+ à travers le monde, qui sera rattachée au département d'Etat.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Joe Biden

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.