Incendies en Californie : "Tant que ce climat ne changera pas, on aura toutes les conditions pour que ces feux perdurent"

Selon le vice-président du syndicat national des sapeurs-pompiers professionnels, tant que le climat ne changera pas, les conditions de départs de ces feux perdureront. 

Des pompiers luttent contre le feu en Californie, le 2 août 2018. 
Des pompiers luttent contre le feu en Californie, le 2 août 2018.  (MARK RALSTON / AFP)

Les incendies de Californie continuent de gagner du terrain. Malgré les 14 000 pompiers mobilisés pour une quinzaine de feux, l’État lutte actuellement contre le plus grand incendie de son histoire récente. "Tant que ce climat ne changera pas on aura toutes les conditions pour que ces feux perdurent", explique Yaël Lecras, pompier professionnel, et vice-président du syndicat national des sapeurs-pompiers professionnels.


franceinfo : Quelles sont les difficultés pour éteindre ces immenses incendies ? 

Yaël Lecras : D’abord il faut rendre hommage au travail que les pompiers effectuent sur le terrain. Les circonstances sont extrêmement particulières. On a une végétation qui est extrêmement sèche, actuellement les végétaux sont à 4% d’humidité environ alors qu’on considère qu’un bois sec c’est 11 à 14%. Donc on a un combustible extrêmement important, un relief plutôt montagneux qui favorise la progression de ces feux et qui rend plus difficile la progression des pompiers, et puis une météo qui est extrêmement défavorable avec actuellement plus de 43 degrés en moyenne sur cet État de Californie, avec un vent qui présente beaucoup de rafales. Donc est-ce qu’on parviendra à l’éteindre ? Oui, cela dépendra d’une part des moyens qui sont alloués et d’autre part de la météo.

Ces incendies sont-ils provoqués à cause du réchauffement climatique ?

Le lien avec le réchauffement climatique est à faire. Ça peut durer des semaines puisque l’environnement n’est pas favorable, et tant que ce climat ne changera pas, on aura toutes les conditions pour que ces feux perdurent. Actuellement il y a au niveau climatique une sorte de verrou sur la Californie qui n’apporte pas d’espoir de changement à très court terme.

Est-ce que la densité de population est à mettre en cause ?

L’origine des incendies dans cette région est à 95% due à l’homme. Mais l’homme n’est que le déclencheur, les conditions favorables sont celles du climat qui change actuellement. Il faut que l’urbanisation tienne compte de ce risque qui n’est plus un risque exceptionnel. Il faut imposer probablement aux habitants des mesures d’entretien, de prévention autour de leurs habitations et des zones qu’ils occupent. Le débroussaillage, par exemple, est quelque chose d’important, puisque la structure de la végétation favorise le feu. Les points d’eau ne sont pas un problème actuellement en Californie mais il faudrait faire plus de prévention. Si on devait investir, il faudrait investir dans une meilleure urbanisation, une meilleure gestion de la forêt, des types de végétaux plantés, mais au niveau des habitations on est déjà un peu en retard.

Est-ce que la végétation est capable de se remettre de ce genre d’incendie très important ?

La nature a une capacité de résilience importante. Oui elle s’en remet, mais toujours différemment, parce que les écosystèmes qui sont détruits ne peuvent pas se relever à l’identique. Mais la nature s’en remet, elle évolue, change de forme. La végétation peut reprendre, les espèces animales reviendront mais à long terme.