"Il faut partir, c'est trop dangereux" : en Floride, les habitants de Tampa se préparent à l'arrivée de l'ouragan Ian

Après avoir balayé Cuba, l'ouragan Ian, classé en catégorie 3, s'apprête à toucher la Floride. Les vents pourraient même se renforcer en touchant terre. Certains habitants décident de quitter leur maison et de se réfugier ailleurs. 

Article rédigé par
Sébastien Paour - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Les vents et les nuages sombres approchent de Tampa, en Floride, le 27 septembre 2022.  (JOE RAEDLE / GETTY IMAGES)

Se préparer pour ne pas se faire piéger par la violence des vents. C'est ce que font les habitants de Tampa, en Floride, sur le golfe du Mexique. L'ouragan Ian, de catégorie 3, qui a laissé Cuba dans le noir après une coupure de courant généralisé, se dirige ce mercredi 28 septembre vers la pointe sud des Etats-Unis.

>> Cuba plongé dans le noir après le passage de l'ouragan Ian

Si la Floride est un État habitué aux ouragans - avec différentes procédures bien rodées -, celui-ci est particulièrement violent et pourrait encore se renforcer en touchant terre. Mercredi matin, heure française, des vents à plus de 100 km/h et des rafales jusqu'à 150km/h étaient enregistrées au large de Key West, le point le plus au sud de l'Etat. 

Maria, une habitante, a fait le choix de quitter sa maison. "J'ai pris mon matelas gonflable, des vêtements et de la nourriture", décrit-elle, en tirant une grosse valise jusqu'à sa voiture. Elle a décidé de quitter sa maison en bois dans son quartier pauvre au nord de Tampa, pour sauver sa vie et celle de ses enfants. L'aéroport de la ville, lui, est déjà fermé. 

Des abris ouverts dans la ville

Le plus âgé de la fratrie s'appelle Miguel. Il est du même avis que sa mère, "il y a trop d'arbres autour de la maison, c'est dangereux, explique-t-il. Il faut partir, nous devons bouger". La famille est habituée : elle est originaire de Porto Rico, l'île des Caraïbes régulièrement sur la route des ouragans. 

"On les connaît très bien, on en a tellement vu là-bas, on sait comment ça se passe."

Miguel

à franceinfo

Il décrit "les trombes d’eau, le vent, le désastre, beaucoup de dégâts, et beaucoup beaucoup de stress", en se remémorant des souvenirs. D'autant plus que cet ouragan Ian est classé en "catégorie 3, peut-être 4", mais "même catégorie 1, je ne me sentirais pas en sécurité", dit-il. 

Alors la famille part se réfugier dans un établissement scolaire, le lycée Middleton, transformé en abri par la ville pour la tempête. Elle prévoit d'y rester jusqu'à jeudi soir ou vendredi, en fonction de l'évolution de la situation. "Je croise les doigts pour qu'il ne se passe rien", confie Miguel. "J'espère que le cyclone restera au-dessus de l'océan, et s'en ira", conclut le jeune homme. 

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.