Cet article date de plus de cinq ans.

La fusillade de Charleston relance le débat sur les armes à feu

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
La fusillade de Charleston relance le débat sur les armes à feu
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Après le drame de la fusillade dans une église de la communauté noire de Charleston, Barack Obama a appelé à un meilleur encadrement des ventes d'armes.

Après la fusillade de Charleston (Caroline du Sud, États-Unis) qui a fait neuf morts mercredi 17 juin, le président des États-Unis Barack Obama a affirmé que ce genre de drame n'arrivait pas dans d'autres pays développés et a plaidé pour un meilleur encadrement des ventes d'armes à feu.

Un débat qui survient en pleine campagne électorale. Valérie Astruc, la journaliste de France 2 à Washington, a rapporté qu'Hillary Clinton, la candidate démocrate, a appelé à l'action pour limiter le droit de porter une arme. Une façon de souligner l'échec de Barack Obama qui avait tenté de réformer, sans succès, le second amendement à la suite de la tragédie de Sandy Hook, explique Valérie Astruc, qui rappelle que lors de cette attaque, 20 enfants et six adultes avaient été abattus par un jeune de 20 ans.

68% des Américains favorables au port d'armes

Après la fusillade de Charleston, certaines voix se sont élevées pour réclamer une autorisation plus large du port d'armes, pour se défendre face à ce genre d'attaques. Les mentalités sont lentes à évoluer, souligne la correspondante de France 2. On compte aujourd'hui plus de trois millions d'armes en libre circulation aux États-Unis.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.