Cet article date de plus de huit ans.

En images Quatre jours après la tuerie, les fidèles font leur retour à l'église de Charleston

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min

Un jeune suprémaciste blanc y avait tué neuf noirs mercredi, avant d'être arrêté et inculpé pour assassinats et possession d'arme à feu.

Larmes, chants et dénonciation du "diable" : l'église de Charleston, en Caroline du Sud, a accueilli dimanche 21 juin ses paroissiens pour un premier service religieux depuis le massacre mercredi dans cette ville des Etats-Unis de neuf Noirs abattus par Dylann Roof. Ce jeune suprémaciste blanc a été arrêté et visé par une enquête pour "terrorisme intérieur".

Cette tuerie raciste, l'une des pires de l'histoire récente des Etats-Unis, a choqué une partie de l'Amérique. Elle a également relancé les controverses, tant sur les tensions raciales latentes que sur la législation des armes à feu ou encore sur la place du drapeau confédéré du Sud historique.

Dès le lever du soleil, des fidèles ont rejoint l'Emanuel African Methodist Episcopal Church, plus vieille église de la communauté noire de Charleston et lieu emblématique de la lutte pour les droits civiques. (DAVID GOLDMAN / AP / SIPA)
Mercredi, Dylann Roof, 21 ans, s'était introduit dans une soirée de lecture biblique de l'église. Après avoir sagement assisté à une heure d'étude, le jeune homme s'était levé et a ouvert le feu, touchant à plusieurs reprises ses victimes. (STEPHEN B. MORTON / AP / SIPA)
En mémoire aux victimes, les cloches d'une vingtaine d'églises de Charleston et des environs ont sonné, tout comme des dizaines d'autres aux Etats-Unis. (JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)
Encadrés par un important dispositif de sécurité, plusieurs centaines de fidèles ont pénétré dans l'église à partir de 9h30. (MLADEN ANTONOV / AFP)
Des centaines d'autres fidèles et badauds, principalement blancs, étaient aussi massés, faute de place, à l'extérieur de l'église. (DAVID GOLDMAN / AP / SIPA)
Un voile noir a été déposé sur le siège où prenait habituellement place le pasteur de la paroisse, Clementa Pinckney, également élu démocrate du Sénat de Caroline du Sud, et tué mercredi soir. (DAVID GOLDMAN / AP / SIPA)
Les paroissiens "étaient dans la maison du seigneur, étudiant ses paroles, priant les uns avec les autres", a clamé le pasteur Norvel Goff, qui a assuré le service. "Mais le diable est aussi rentré. Et il a sans aucun doute essayé de prendre le contrôle. Mais grâce à Dieu, alléluia (...) il ne pouvait pas s'emparer de votre église", s'est-il encore exclamé. (DAVID GOLDMAN / AP / SIPA)
La cérémonie, très forte en émotions, a été retransmise pendant près de deux heures par les télévisions américaines. (DAVID GOLDMAN / AFP)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.