Etats-Unis : une femme blanche dénonce de façon mensongère un Noir à la police, elle provoque la colère sur les réseaux sociaux et se fait licencier

Une vidéo initialement partagée sur Facebook est devenue virale aux Etats-Unis, enregistrant quelque 30 millions de vues sur Twitter.

Vue aérienne de Central Park, à New York (Etats-Unis), en 2012.
Vue aérienne de Central Park, à New York (Etats-Unis), en 2012. (MICHEL SETBOUN / PHOTONONSTOP / AFP)

"Un Afro-Américain me menace, moi et mon chien, envoyez des policiers immédiatement!" Une vidéo tournée à New York (Etats-Unis) est devenue virale sur Twitter, lundi 25 mai. Elle montre une femme blanche appelant la police après qu'un Noir amateur d'oiseaux l'eut priée d'attacher son chien dans un parc de la ville. La vidéo, initialement partagée sur Facebook par Christian Cooper, l'homme en question, a été relayée sur Twitter par sa sœur, Melody Cooper. Depuis, la vidéo a été vue au moins 30 millions de fois.

Dans cette vidéo d'une minute environ, on voit la femme (identifiée comme Amy Cooper, et sans lien avec les autres protagonistes) avec son chien non tenu en laisse alors que les chiens sont censés l'être dans cette partie un peu sauvage de Central Park. Elle se plaint d'être filmée. Elle menace alors d'appeler la police, ce qu'elle fait dans la foulée. "Un Afro-Américain me menace, moi et mon chien, envoyez des policiers immédiatement!", crie-t-elle au téléphone.

"Du racisme pur et simple"

Certains qualifiaient Amy Cooper de "Karen", surnom utilisé sur les réseaux sociaux pour dénoncer les femmes blanches rapportant de fausses infractions commises par des Noirs.

La vidéo montre "du racisme pur et simple", a déclaré sur Twitter le maire démocrate de New York, Bill de Blasio. "Ce genre de haine n'a pas sa place dans notre ville."

Auprès de la chaîne américaine CNN (en anglais), Amy Cooper a présenté ses excuses, assurant qu'elle n'était "pas raciste" et qu'elle avait "juste eu peur".

Amy Cooper, qui affirme également ne pas avoir voulu blesser la communauté noire, a été licenciée. Après l'avoir suspendue dans un premier temps, la société d'investissements Franklin Templeton qui l'employait a indiqué avoir décidé de "la licencier définitivement, avec effet immédiat". "Nous ne tolérons aucune forme de racisme", a indiqué l'entreprise sur son compte Twitter.

De son côté, Christian Cooper a expliqué vouloir "documenter" ce genre d'incidents. "Malheureusement, nous vivons à une époque où les hommes noirs sont vus comme des cibles", a-t-il déclaré sur CNN.