Etats-Unis : un ex-entraîneur olympique de gymnastique se suicide après son inculpation pour agressions sexuelles

John Geddert était poursuivi pour des actes commis sur une vingtaine de jeunes femmes de son club, le même où travaillait le médecin Larry Nassar, au coeur du plus grand scandale sexuel de l'histoire sportive des Etats-Unis.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'entraîneur américain de gymnastique John Geddert, le 31 juillet 2012 aux JO de Londres. (AFP)

L'entraîneur de l'équipe américaine de gymnastique championne olympique en 2012, John Geddert, s'est suicidé, jeudi 25 février, quelques heures après son inculpation pour "travail forcé" et agressions sexuelles sur des athlètes de son club du Michigan.

"Mes services ont été avertis que le corps de John Geddert avait été retrouvé cet après-midi après qu'il s'est donné la mort", a déclaré sur Twitter la procureure générale de cet Etat américain, Dana Nessel, regrettant "la fin tragique d'une histoire tragique".

L'ombre de l'ex-médecin Larry Nassar

La procureure avait plus tôt dans la journée annoncé que l'ex-entraîneur, âgé de 63 ans, était poursuivi pour abus physiques, verbaux et sexuels sur une vingtaine de jeunes femmes qui s'entraînaient dans son club Twistars, près de Lansing. C'est dans ce club que travaillait le thérapeute Larry Nassar, l'ex-médecin de l'équipe américaine de gymnastique au coeur du plus grand scandale sexuel de l'histoire sportive des Etats-Unis.

John Geddert est également accusé d'avoir menti à la police, notamment en niant avoir eu connaissance des agressions sexuelles commises par Larry Nassar sur les gymnastes de son club. Ce dernier, qui a agressé sexuellement au moins 265 victimes identifiées durant deux décennies, dont plusieurs gymnastes de haut niveau comme la quadruple championne olympique, Simone Biles, a été condamné dans trois procès distincts à des peines cumulées représentant au moins 140 années de prison.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.