États-Unis : pendant dix ans, des millions d'e-mails de la défense américaine ont été envoyés par erreur... au Mali

A l'origine de cette affaire embarrassante pour les militaires du Pentagane, une simple faute de frappe.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Pendant dix ans, des e-mails destinés à l'armée américaine ont été envoyés par erreur au Mali. (RICHARD A. BROOKS / AFP)

C'est une simple faute de frappe, aux conséquences pourtant lourdes. Aux Etats-Unis, des millions d'e-mails destinés à des employés du Pentagone (l'équivalent du ministère de la Défense), ont été envoyés par erreur au Mali, pendant dix ans, selon le quotidien économique Financial Times.

>> États-Unis : le Pentagone enquête-t-il sur des vaisseaux extraterrestres ?

En cause : une méprise qui provient des extensions de domaines très proches entre le pays ouest-africain (.ml) et l'armée américaine (.mil). Par chance, le nom de domaine malien était géré entre 2013 et 2023 par un entrepreneur néerlandais, qui a justement mis le doigt sur cette erreur. Le problème a ainsi été identifié pour la première fois, il y a près de dix ans par Johannes Zuurbier, selon le dossier révélé par le journal londonien. Ce chef d'entreprise, installé à Amsterdam, assure avoir contacté à plusieurs reprises des responsables américains, de l'ambassade des Etats-Unis au Mali jusqu'à la Maison Blanche.

Des documents sensibles, mais rien de top secret

Parmi ces messages, on trouve des centaines de milliers de spams. Mais aussi, et c'est beaucoup plus problématique, certaines informations sensibles. Le quotidien économique Financial Times révèle notamment que l'itinéraire de voyage d'un général américain en Indonésie a été envoyé en détail au Mali, jusqu'à son numéro de chambre d'hôtel.

On y trouve aussi pêle-mêle "des radiographies et des données médicales, des informations sur les documents d'identité, des listes d'équipage pour les navires, des listes du personnel dans les bases, des cartes des installations, des photos des bases, des rapports d'inspection navale, des contrats, des plaintes pénales contre le personnel, des enquêtes internes sur les brimades, des voyages officiels itinéraires, réservations et dossiers fiscaux et financiers", précise le FT

Heureusement pour les autorités américaines, aucun document classé top secret n'a été envoyé par erreur. Reste que c'est une affaire embarrassante pour le Pentagone, qui avait bien été alerté par l'entrepreneur en question. D'autant que depuis cette semaine, l'extension .ml appartient de nouveau aux autorités maliennes, dont la proximité avec Moscou n'est pas un secret.

Après dix ans de gestion, le contrat est arrivé à expiration. Dans une lettre qu'il a d'ailleurs envoyée début juillet, Johannes Zuurbier estime que "Ce risque est réel et pourrait être exploité par des adversaires des États-Unis".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.