Etats-Unis : les charges abandonnées contre la femme accusée du meurtre de son fœtus après avoir reçu une balle dans le ventre

L'avocat de la jeune femme l'a annoncé dans un communiqué. 

Pleasant Grove, en Alabama (Etats-Unis).
Pleasant Grove, en Alabama (Etats-Unis). (GOOGLE MAPS)

Marshae Jones avait été inculpée, mercredi 26 juin, en Alabama (Etats-Unis), pour la mort de son enfant à naître, alors qu'une autre jeune femme lui avait tiré dans le ventre. Mercredi 3 juillet, le parquet a abandonné les charges qui pesaient contre elle, a annoncé son avocat Mark White, cité par l'agence Reuters. "C'était la bonne décision à pendre, aussi bien pour elle que pour l'état d'Alabama", a-t-il déclaré dans un communiqué. 

La situation de la jeune femme, qui avait été transférée en prison, avait attiré l'attention d'associations de défense des droits des femmes. Parmi elles, le Yellowhammer Fund s'était engagé à faire sortir Marshae Jones de prison sous caution et à l'assister légalement. L'association dresse un parallèle entre cette affaire et le récent durcissement des lois contre l'avortement dans l'Etat. "L'Alabama prouve une nouvelle fois que le seul rôle d'une femme enceinte est de mettre au monde un enfant et que toute action de cette personne qui pourrait entraver la naissance est considérée comme criminelle", avait déclaré la directrice du Yellowhammer Fund.

Une dispute au sujet du père de l'enfant à naître 

Marshae Jones était enceinte de cinq mois, le 4 décembre 2018, quand une dispute a éclaté entre elle et une autre femme, Ebony Jemison, 23 ans à l'époque, sur le parking d'un supermarché, à Pleasant Grove, près de Birmingham (centre de l'Alabama). Dans le conflit, qui portait selon la police sur le père de l'enfant à naître, Ebony Jemison a sorti une arme et tiré sur Marshae Jones. La mère a survécu, mais l'enfant est mort. 

 "L'enquête a montré que la seule vraie victime était le bébé", a déclaré à l'époque le lieutenant de police Danny Reid, cité par AL.com (en anglais). "C'est la mère de l'enfant qui a initié et poursuivi l'altercation qui a conduit à la mort de son enfant", avait-il ajouté.