Etats-Unis : l'ancien numéro deux du FBI limogé deux jours avant sa retraite

Andrew McCabe était, depuis plusieurs mois, accusé par Donald Trump d'être trop proche des démocrates. Le président américain sous-entend également que cet homme était "corrompu".

L\'ancien directeur adjoint du FBI, Andrew McCabe, le 11 mai 2017 à Washington D.C. (Etats-Unis). 
L'ancien directeur adjoint du FBI, Andrew McCabe, le 11 mai 2017 à Washington D.C. (Etats-Unis).  (JIM WATSON / AFP)

Il devait partir en retraite dans quelques jours. Andrew McCabe, qui avait quitté ses fonctions de directeur adjoint du FBI en janvier mais restait un employé de la police fédérale, a été limogé par le ministère de la Justice américain, vendredi 16 mars. Il était, depuis plusieurs mois, accusé par Donald Trump d'être, entre autres, trop proche des démocrates.

Selon le ministère, une enquête interne a établi que ce dernier avait fait des révélations non autorisées aux médias, et n'avait pas été complètement honnête "en de multiples occasions". "Le FBI attend de chacun de ses employés qu'il adhère aux normes les plus hautes d'honnêteté, d'intégrité et de responsabilité", a déclaré le ministre de la Justice, Jeff Sessions, dans un communiqué. 

Le licenciement d'Andrew McCabe, à deux jours de son anniversaire, va lui coûter financièrement. Il aurait pu bénéficier d'une bien meilleure retraite s'il avait quitté le FBI après le 18 mars, jour de ses 50 ans.

Une "guerre" menée par l'administration Trump contre le FBI

Le président américain, Donald Trump, a rapidement salué sur Twitter son limogeage. "Andrew McCabe VIRÉ, un grand jour pour les hommes et les femmes du FBI qui travaillent dur - un grand jour pour la démocratie", a-t-il écrit. Le dirigeant en a profité pour attaquer James Comey, qu'il avait limogé de son poste de directeur du FBI en mai 2017.

Les détails des faits retenus contre Andrew McCabe n'ont pas été immédiatement rendu publics. L'enquête porte cependant, entre autres, sur le traitement de l'enquête de 2016 visant Hillary Clinton, candidate démocrate à l'élection présidentielle. Le président américain n'hésite pas à parler de "corruption".

Andrew McCabe a vivement réagi à son licenciement, se déclarant victime d'une "guerre" menée par l'administration Trump contre le FBI et contre le procureur spécial, Robert Mueller. Ce dernier enquête sur les allégations d'ingérence de la Russie dans l'élection présidentielle de 2016, et de collusion entre l'équipe de campagne de Donald Trump et des responsables russes.

Voici la réalité : je suis isolé et traité de la sorte pour le rôle que j'ai joué, les décisions que j'ai prises et ce dont j'ai été témoin après le limogeage de James Comey.Andrew McCabedans un communiqué