Etats-Unis : Joe Biden promet de retirer toutes les troupes américaines d'Afghanistan d'ici au 11 septembre

Malgré l'accord américano-taliban de 2020, la violence reste très élevée sur le terrain entre les insurgés et les forces afghanes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un bataillon américain atterrit à la base militaire de Fort Drum, aux Etats-Unis, après un déploiement de neuf mois en Afghanistan, le 8 décembre 2020. (JOHN MOORE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Une date symbolique. Le gouvernement américain a annoncé, mardi 12 avril, que toutes les troupes américaines quitteront l'Afghanistan "sans conditions" d'ici le 11 septembre, jour du 20e anniversaire des attentats de 2001 aux Etats-Unis, à l'origine de l'opération américaine.

Le président américain, Joe Biden, avait déjà prévenu qu'il serait "difficile" de respecter la date-butoir du 1er mai prévue pour le retrait dans un accord conclu par son prédécesseur Donald Trump avec les insurgés. Sa décision de repousser de quatre mois le départ coïncide avec l'annonce de la tenue d'une conférence de paix "de haut niveau" sur l'Afghanistan co-organisée du 24 avril au 4 mai à Istanbul par la Turquie, le Qatar et l'ONU. "Tant que toutes les forces étrangères n'auront pas complété leur retrait de notre pays, nous ne participerons à aucune conférence censée prendre des décisions sur l'Afghanistan", a immédiatement réagi sur Twitter un porte-parole taliban au Qatar, Mohammad Naeem.

Malgré l'accord américano-taliban de 2020, la violence reste très élevée sur le terrain entre les insurgés et les forces afghanes. Dans une lettre au président afghan Ashraf Ghani, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a récemment prévenu qu'un retrait américain pourrait entraîner "des gains territoriaux rapides" de la part des talibans. Il ne reste plus que 2 500 soldats américains en Afghanistan, contre 100 000 au plus fort de leur présence, en 2010-2011.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.