Cet article date de plus de quatre ans.

Après l'affaire Bill Cosby, la Californie supprime la prescription pour les viols

L'acteur Bill Cosby est accusé par plus de 50 femmes de les avoir agressées sexuellement ou violées entre les années 1960 et 2008.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'acteur Bill Cosby à son arrivée au tribunal de Norristown (Pennsylvanie), le 7 juillet 2016. (MARK MAKELA / REUTERS)

Une conséquence de l'affaire Bill Cosby. Le gouverneur de Californie a ratifié, mercredi 28 septembre, une loi supprimant la prescription pour les crimes sexuels. Cette mesure avait été réclamée par beaucoup dans la foulée de l'affaire Bill Cosby, accusé d'avoir drogué et agressé sexuellement plus de cinquante femmes entre 1965 et 2008.

>> Lire aussi : Du petit écran au tribunal, la chute de Bill Cosby, le père idéal soupçonné d'avoir violé plus de 50 femmes

La loi "Justice pour les victimes" a reçu "un accord bipartisan unanime au Sénat et à l'Assemblée" de Californie, s'est félicitée dans un communiqué la sénatrice démocrate Connie Leyva, à l'origine du texte. Celui-ci permet d'engager sans limite de temps des poursuites pour agression sexuelle, alors que jusqu'à présent les victimes avaient dix ans pour porter plainte. Seule la présence d'ADN offrait un délai un peu plus long.

"Seuls deux violeurs sur cent sont condamnés"

"D'après le département américain de la Justice, seuls deux violeurs sur cent sont condamnés et envoyés en prison. Les autres 98% ne sont jamais punis pour leurs crimes", a souligné Connie Leyva. Plusieurs victimes de Bill Cosby ont témoigné devant le Congrès californien en faveur de la nouvelle loi, selon l'avocat des victimes. Sur les dizaines d'accusations portées à l'encontre de l'acteur, très peu de poursuites ont été engagées en raison de la prescription. Plusieurs poursuites au civil sont en cours à Los Angeles.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.