Du gaz de schiste américain en Europe et en France

Premier producteur mondial de gaz et de pétrole (devant l’Arabie Saoudite), grâce notamment aux hydrocarbures de schiste, les Etats-Unis vont exporter pour la première fois du gaz de schiste vers l’Europe. Un navire méthanier doit quitter la Louisiane avec la première livraison de gaz de schiste.

Méthanier grec immatriculé au Pirée
Méthanier grec immatriculé au Pirée (Maran)

L'Energy Atlantic, un méthanier de 290 mètres de long, a accosté sur les côtes de Louisiane, au terminal gazier de Sabine Pass. Son but: charger du gaz liquéfié et l'exporter vers une destination encore inconnue, Brésil ou Europe, en fonction des contrats et des prix.

C'est un événement pour les Etats-Unis. Il symbolise l'arrivée des Etats-Unis comme fournisseur de gaz au monde. «Les Etats-Unis devraient devenir à la fin de la décennie le troisème plus gros exportateur de GNL – gaz liquéfié  au monde, après le Qatar et l'Australie», précise le Financial Times.
 
Cela traduit la révolution énergétique qui a touché les Etats-Unis depuis dix ans, avec les extractions d'hydrocarbures de schiste. Résultat, la production de gaz a augmenté d’un tiers. Grâce à cette révolution, les Etats-Unis sont aujourd’hui en mesure d’exporter leur gaz, alors qu’il n’y a pas si longtemps on les voyait comme un gros importateur. «Alors que les prix du gaz se sont effondrés dans le pays, l’administration a fini par autoriser les exportations dans des volumes limités», précise Usine Nouvelle. Ce qui n'est pas (encore) le cas pour le pétrole.

Ce gaz de schiste arrivera à Montoir-de-Bretagne
«La première cargaison quittera Sabine Pass dans les prochains jours, pour l'Europe, à un moment où les prix du gaz connaissent des plus bas depuis quinze ans», précise Le Figaro. Côté européen, il s’agit de diversifier les sources d’approvisionnement en gaz. Aujourd'hui, les Russes livrent 30% du gaz en Europe, le reste étant fourni par des pays comme le Qatar et la Norvège, notamment.

Ce gaz américain devrait être fourni à l’Europe par Engie (ex-GDF Suez) et EDF via la compagnie américaine Chenière qui a investi des milliards pour construire ces terminaux de GNL sur le Golfe du Mexique. Un investissement que la chute des cours rend aujourd’hui difficile à rentabiliser, mais les cours du gaz sont plus élevés en Europe qu’aux Etats-Unis. 

Chez Engie, une douzaine de méthaniers devraient faire la liaison entre les Etats-Unis et l’Europe. Et c’est à Montoir-de-Bretagne, en France, que ce gaz de schiste va arriver pour alimenter les réseaux. Un comble pour un pays qui interdit la recherche et la production de gaz de schiste.