Cuba : de meilleurs lendemains pour la jeunesse du pays ?

Ces dernières années à Cuba, la loi a été assouplie pour permettre aux 11 millions de cubains de créer leurs petites entreprises. L'arrivée de Miguel Diaz-Canel au pouvoir va-t-elle changer la vie des prochaines générations des habitants ? Reportage.

Voir la vidéo
FRANCE 3

La Havane et ses voitures américaines hors d'âge, qui plaisent tant aux visiteurs du monde entier et confèrent à la ville son charme pittoresque. Obi, 32 ans, aurait préféré conduire une voiture plus moderne, mais pour 12 000 euros, il n'a pu s'offrir que ce modèle des années 40. Et pas tout à fait fiable. Grâce à son taxi, Obi pourrait gagner environ 400 euros par mois, soit dix fois plus qu'un salaire d'État. Mais il doit d'abord rembourser son investissement, en passant ses journées à l'affût des touristes.

Un pays à bout de souffle

"Ceux qui payent le mieux, ce sont les Américains", détaille-t-il. Toujours sous embargo, le pays est économiquement à bout de souffle. Alors les Cubains courent après les devises étrangères. Une pratique que les jeunes de La Havane surnomment la "lucha", la lutte. "Le concept de la lutte est de ne pas mourir de faim à Cuba", raconte Obi. Avant de détailler : "Mais sans voler. Il faut surtout faire profil bas, ne pas voler, ni trop en dire parce que sinon, c'est la prison." À l'image de la majorité des jeunes Cubains, Obi souhaite un jour quitter l'île.

Le JT
Les autres sujets du JT
Islam Cuba
Islam Cuba (©SARAH CARON)