Barack Obama s'amuse de ses 100 premiers jours

Le président des Etats-Unis s'est assuré un franc succès hier soir lors du traditionnel dîner de l'association des correspondants de la Maison Blanche. Barack Obama s'est moqué entre autres de lui même, de son prédécesseur, et d'Hillary Clinton. Et il a fait rire son public - des personnalités politiques, des affaires ou du spectacle - avec les cafouillages des débuts de sa présidence.

(Radio France © France Info)

Barack Obama shows his funny side
envoyé par ITN - Watch the latest news videos.

Devant une assemblée médiatico mondaine qui rassemblait personnalités politiques, des affaires ou du spectacle en smokings et robes du soir - Sting, Robert DeNiro, Steven Spielberg et George Lucas étaient annoncés - le président des Etats-Unis a plaisanté à propos de ses 100 premiers jours de présidence et des 100 prochains.

"Pendant les 100 prochains jours, nous allons apprendre les bonnes manières à notre chien, Bo, parce que (Timothy) Geithner (le secrétaire au Trésor) n'a vraiment pas besoin, en plus de ses ennuis, qu'on le prenne pour un lampadaire. Dans les 100 prochains jours, je vais sérieusement envisager de perdre mon sang-froid. Enfin, je crois que mes 100 prochains jours vont être une telle réussite que je vais les boucler en 72 jours. Et le 73ème, je me reposerai"...

Raillant sa promesse de parler même aux ennemis des Etats-Unis, Obama s'est montré sur un écran en grande conversation dans le Bureau ovale avec le Capitaine Crochet.

Il n'a pas épargné sa secrétaire d'Etat et ancienne rivale à l'investiture démocrate à la présidentielle, Hillary Clinton: "Aujourd'hui, on ne pourrait être plus proche l'un de l'autre. Au point que, tout juste revenue du Mexique, elle m'a pris dans ses bras, elle m'a fait une grosse bise et m'a dit que je devrais y aller".

George W. Bush, l'ancien vice-président Dick Cheney surnommé Dark Vador (l'anti-héros de la Guerre des étoiles), le vice-président de M. Obama, Joe Biden, ses conseillers, et les figures de l'opposition ont également été les cibles de l'ironie présidentielle.